02.08.2015, 18:55

Ces pauvres riches

chargement

«Toute l'industrie du luxe est touchée par la crise. Le nombre de participants est en baisse de 30%»: seul à côté de son yacht, Oleg Marakevitch résume bien le blues à la Foire des millionnaires qui s'est ouverte vendredi à Moscou.

A l'entrée du Manège, un bâtiment historique du 19e siècle situé près du Kremlin, le champagne et quelques voitures de luxe sont au rendez-vous de la soirée inaugurale très glamour. Mais l'ambiance n'est pas à la fête chez les exposants à l'affût des nouveaux riches russes. «En l'espace d'un an, mon chiffre d'affaires a baissé de 40%», se plaint Mark Tuck, responsable de Paradise Property, une société qui vend des villas à Bali et dont près de la moitié de la clientèle est russe. «Tout le monde a été touché par la crise», y compris les plus riches, dit-il.

Même son de cloche au stand d'Ancon Estates, une société immobilière qui propose des résidences de luxe à Marbella (Espagne) et en République dominicaine, dont les prix oscillent entre 3,5 et 8,4 millions d'euros. «C'est dur la crise», avoue l'un de ses re sponsables, Francisco Galvan. «Cette année, nous avons vendu seulement deux villas, contre six en 2008», dit-il. /ats-afp

Ces pauvres riches


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top