27.07.2016, 12:26

Un test en ligne pour détecter l'hépatite C

chargement
Selon l'Office fédéral de la santé, 100'000 personnes vivent en Suisse avec une hépatite chronique B ou C. (illustration)

Santé L'Association suisse de la maladie de l'hépatite C a vu le jour récemment afin d'améliorer la situation des personnes infectées par le virus. Son sur son site, un test en ligne est proposé pour détecter la maladie.

Afin d'améliorer la situation des personnes infectées par le virus de l'hépatite C en Suisse, l'Association suisse de la maladie de l'hépatite C a été créée récemment. Celle-ci doit notamment faciliter l'accès aux médicaments, souvent remboursés par les assureurs dans un stade avancé de la maladie.

Depuis quelques années, de nouveaux médicaments capables d'éliminer le virus en quelques mois sont disponibles. Suivant le type du virus de l'hépatite C, les thérapies coûtent entre 40'000 et 100'000 francs. Sans traitement, la maladie peut mener à long terme à de graves lésions du foie ou au cancer de cet organe.

Les assureurs en Suisse ne prennent en charge le traitement que lorsque le foie de la personne touchée est déjà moyennement atteint. Beaucoup ne paient rien même si la qualité de vie est fortement réduite en raison d'autres symptômes, comme des douleurs aux articulations, mais que le foie n'est pas encore trop endommagé.

L'association se veut une plateforme non seulement pour les personnes directement touchées, mais aussi pour les autorités, les caisses maladie et l'industrie, a-t-elle indiqué mercredi à l'occasion de la journée mondiale contre l'hépatite.

Beaucoup s'ignorent

Selon l'Office fédéral de la Santé, 100'000 personnes vivent en Suisse avec une hépatite chronique B ou C, surtout celles nées entre 1950 et 1985. La moitié d'entre elles ne savent pas qu'elles sont infectées par le virus, rappelle de son côté le réseau Stratégie hépatite suisse.

Pour remédier à cette situation, il a mis sur pied un test d'évaluation du risque sur le site www.hepatite-suisse.ch. Comme l'hépatite C ne pouvait pas être détectée avant le début des années 90, un risque existe de s'être infecté à l'hôpital dans les années 80 avec des produits sanguins.

Parmi les autres risques figurent la consommation de drogues, les tatouages et piercings réalisés dans des mauvaises conditions d'hygiène ou des rapports sexuels non protégés.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MédecinePremier vaccin contre l'hépatite C en SuissePremier vaccin contre l'hépatite C en Suisse

Top