02.08.2015, 19:45

A Mouthe, les hommes préfèrent aussi les blondes

chargement
Par VINCENT ADATTE

Dans le film de Gérald Hustache-Mathieu, l'actrice française Sophie Quinton se donne des airs de Marilyn très troublants. Propos d'une jeune comédienne qui n'a pas eu besoin de «sept ans de réflexion» pour nous convaincre de l'étendue de ses talents.

Sophie Quinton, parlez-nous de vos débuts de comédienne: une vocation? Un concours de circonstances?

Très tôt, j'ai eu envie de jouer d'autres rôles que le mien. Comme j'ai une mère conciliante, qui a vite compris que l'école, ce n'était pas trop mon truc, elle m'a poussée à faire ce que l'on appelait à l'époque un «bac théâtre»… Moi qui étais très mauvaise en classe, qui n'arrivais à rien, sur une scène, là, au moins, je sentais que j'arrivais à quelque chose! Et puis il y a eu les films qui m'ont donné l'envie de faire du cinéma, «Peau d'âne» de Jacques Demy, «La nuit américaine» de François Truffaut…

Vous avez joué dans tous les films de Gérald Hustache-Mathieu, à commencer par «Peau de vache», son premier court métrage qui a remporté le César de la catégorie en 2003…

Ce rôle-là, je l'ai eu grâce à mes origines paysannes! Contrairement à l'actrice parisienne qui devait le jouer, je savais traire une vache. Pour une comédienne, Gérald, c'est le cinéaste rêvé, qui n'a pas peur de créer des personnages forts, contradictoires, comme celui que j'ai joué dans «Avril», son premier long métrage. Là, c'était une novice qui fuguait de son couvent pour aller se baigner nue en Camargue…

Quel est le secret de cette fidélité qui se fait plus rare dans le cinéma d'aujourd'hui, très porté sur le casting?

Je crois que c'est parce que je le rassure! Gérald a toujours des idées plutôt burlesques, un peu folles. En moi, il trouve quelqu'un de très terre à terre qui ramène les choses dans la vraisemblance. Je n'aime pas jouer dans l'excès, en tout cas pour le cinéma. Je pense qu'il faut jouer en finesse pour laisser le spectateur trouver sa place.

Votre première réaction en découvrant le scénario de «Poupoupidou»?

Gérald m'a d'abord parlé du scénario. Il n'a pas voulu que je le lise tout de suite… Mais il m'a parlé d'une fille qui se prenait pour Marilyn. Tout de suite, j'ai été complètement excitée à l'idée de jouer ce personnage! Quand j'ai lu le scénario, j'ai retrouvé tout ce qui m'a toujours plu chez Gérald, sa manière d'aller au plus invraisemblable et de toujours retomber sur ses pieds!

Est-ce que le rôle de Candice Lecœur, née Martine Langevin, alias Marilyn, a nécessité une préparation particulière?

Toute la difficulté, c'était de ne pas entrer complètement dans la peau de Marilyn, de faire sentir un décalage, pour accentuer le côté douloureux de mon personnage qui sait bien qu'elle n'est pas Marilyn, même si Gérald s'est fait un malin plaisir à multiplier les ambiguïtés. J'ai potassé sa biographie que je connaissais déjà bien. Mais, avant le tournage, je me suis vidée de tout ça, pour ne pas m'étouffer sous Marilyn…

Marilyn Monroe serait, dit-on, morte d'un surdosage de somnifères. Gérald Hustache-Mathieu donne de ce malheureux final un équivalent franc-comtois assez éprouvant pour une actrice…

Une sensation bizarre, en tout cas… Au bout de trois semaines de tournage, je me suis rendu compte que j'étais sans cesse en train de mourir. J'ai dû m'habituer à ce personnage qui était tout le temps mort. Heureusement, il y avait encore ma voix d'outre-tombe, une voix assez difficile à faire d'ailleurs, peut-être même ce que j'ai fait de plus difficile jusque-là dans ma carrière! /VAD


Réalisateur:
Gérald Hustache-Mathieu
Genre: thriller
Durée: 1h22
Age: 14 ans, suggéré 16
Avec: Sophie Quinton, Jean-Paul Rouve, Guillaume Gouix
Cinémas: Apollo 2, Neuchâtel; Scala 2, La Chaux-de-Fonds

Marilyn gît sous la neige

Ecrivons-le sans ambages: «Poupoupidou» est l'un des très bons films français de ce début d'année. L'action intrigante de cette comédie policière est située à Mouthe, village franc-comtois frigorifié de 975 âmes, situé à cinq kilomètres de la frontière helvétique, qui dispute régulièrement à La Brévine le record de gelures hivernales.

Un écrivain de polars en panne d'inspiration vient se ressourcer dans ce «bled paumé» où il a passé son enfance. En route, il croise des policiers qui sont en train d'embarquer le cadavre d'une jeune femme blonde. Détail qui a son importance, son corps a été retrouvé à demi enseveli sous la neige dans une zone de «no man's land» entre les frontières suisse et française, empêchant toute investigation officielle. Le romancier flaire aussitôt l'embryon d'une «bonne» histoire…

En enquêtant, il apprend que la jeune femme était une célébrité locale dont l'effigie orne les boîtes du fromage local. Mieux encore, la malheureuse s'identifiait complètement à Norman Jean Baker, alias Marilyn Monroe. Persévérant, le détective amateur découvre alors d'étranges similitudes entre leurs tragiques destinées… L'humour givré du méconnu Gérald Hustache-Mathieu est un pur délice, à déguster sans modération! /vad


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

AventTel un calendrier de l’Avent géant, les fenêtres de plusieurs quartiers et villages s’illuminent chaque soirTel un calendrier de l’Avent géant, les fenêtres de plusieurs quartiers et villages s’illuminent chaque soir

MusiqueLa fanfare L'Espérance de Cressier propose un hymne à l'espoirLa fanfare L'Espérance de Cressier propose un hymne à l'espoir

Création«Le Lac des cygnes», spectacle musical de l’Orchestre de chambre de La Chaux-de-Fonds«Le Lac des cygnes», spectacle musical de l’Orchestre de chambre de La Chaux-de-Fonds

ExpositionsAu Super Marché de La Chaux-de-Fonds, l’art est en promotionAu Super Marché de La Chaux-de-Fonds, l’art est en promotion

HandicapDes «talents insoupçonnés» exposés à NeuchâtelDes «talents insoupçonnés» exposés à Neuchâtel

Top