20.05.2019, 11:16

Télécommunications: l'Américain Google commence à couper les ponts avec le Chinois Huawei

chargement
Le géant chinois est accusé par Donald Trump de vouloir espionner les personnes qui utiliseraient ses appareils (illustration).

guerre commerciale Si vous avez un téléphone chinois Huawei, vous risquez de rencontrer prochainement quelques difficultés avec les applications et le système d'exploitation Android de l'Américain Google. Une conséquence très concrète de l'interdiction dictée par Donald Trump à ses entreprises de commercer avec des sociétés de télécommunications "dangereuses".

L'Américain Google, dont le système mobile Android équipe l'immense majorité des smartphones dans le monde, a indiqué dimanche commencer à suspendre ses relations avec le Chinois Huawei, qui fait partie des entreprises jugées "à risque" par Washington.

En pleines tensions commerciales avec Pékin, Donald Trump a interdit cette semaine aux groupes américains de commercer dans les télécommunications auprès de sociétés étrangères jugées dangereuses pour la sécurité nationale, une mesure qui cible notamment Huawei, le géant chinois des télécommunications, bête noire de Washington.

 

 

Cela interdit en particulier les partages de technologies.

Le groupe figure nommément dans une liste d'entreprises suspectes auprès desquelles on ne peut commercer qu'après avoir obtenu un feu vert des autorités, établie par le ministère américain du Commerce.

"Nous nous nous plions à ce décret et examinons ses implications", a indiqué Google dans un courriel à l'AFP.

Android en open source uniquement

Les implications peuvent donc en l'espèce être importantes puisque comme tous les groupes technologiques, Google doit collaborer avec les fabricants de smartphones pour que ses systèmes soient compatibles avec les téléphones.

Ainsi Google va devoir stopper les activités qui supposent un transfert de technologies qui ne sont pas publiques (c'est-à-dire en "open source"), ce qui contraindrait le fabricant chinois à n'utiliser que la version "open source" d'Android, a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

 

 

Huawei ne pourra plus accéder aux applications et services propriétés de Google, comme Gmail par exemple.

Sollicité par l'AFP, Huawei n'a pas répondu.

Il a dénoncé cette semaine des "restrictions déraisonnables qui empiéteront sur les droits" du groupe chinois.

Les appareils existants pas touchés

Selon l’agence Reuters, qui a contacté un porte-parole de Google, les appareils Huawei actuellement en circulation ne seraient pas concernés. Le téléchargement et les mises à jour des applications devraient toujours être possibles, tout comme l’utilisation de Google Play.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

TechnologieLe smartphone pliable Mate X de Huawei arrivera en juin en Suisse, au prix de 2’500 francsLe smartphone pliable Mate X de Huawei arrivera en juin en Suisse, au prix de 2’500 francs

EspionnageNSA: l'entreprise chinoise Huawei espionnée par l'agence américaineNSA: l'entreprise chinoise Huawei espionnée par l'agence américaine

Mise en serviceTélécommunications: après Sunrise, Swisscom active la 5G sur 102 sites suisses, répartis dans 54 localitésTélécommunications: après Sunrise, Swisscom active la 5G sur 102 sites suisses, répartis dans 54 localités

TélécomsTélécommunications: Swisscom veut couvrir plus de 90% du territoire suisse avec la 5G d’ici fin 2019Télécommunications: Swisscom veut couvrir plus de 90% du territoire suisse avec la 5G d’ici fin 2019

TélécommunicationsTélécommunications: les cartes prépayées avantageuses même pour les hyperconnectésTélécommunications: les cartes prépayées avantageuses même pour les hyperconnectés

Top