29.12.2016, 17:53

Irak: voilà dix ans que Saddam Hussein a été pendu

chargement
1/3  

Histoire Certaines pages de l'histoire sont gravées de manière intemporelle dans l'inconscient collectif. Difficile donc d'imaginer que la fin du dictateur Saddam Hussein remonte à dix ans en arrière, ouvrant une nouvelle ère au Moyen-Orient.

 

Il y a dix ans, le 30 décembre 2006, l'ex-président irakien Saddam Hussein mourait pendu, trois ans après sa capture rocambolesque. Il criait sa haine des Américains et des Iraniens sous les quolibets de gardes chiites.

Une vidéo pirate diffusée sur internet montre ses derniers instants, dans une caserne des renseignements militaires à Bagdad. On le voit vêtu d'un manteau noir, refusant une cagoule.

 

 

"Aucun signe de peur"

"Je n'ai vu aucun signe de peur", confiera sept ans plus tard l'ex-conseiller Mouaffak al-Rubaïe, emprisonné à trois reprises sous Saddam Hussein et qui a conservé la corde du supplice après avoir assisté à l'exécution. "Il disait 'Mort à l'Amérique! Mort à Israël! Longue vie à la Palestine! Mort aux mages perses'".

Saddam Hussein commence à réciter la profession de foi musulmane, mais la trappe s'ouvre sous ses pieds. A 06H10, celui qui avait dirigé l'Irak d'une main de fer pendant plus de vingt ans, de 1979 jusqu'à la prise de Bagdad par l'armée américaine le 9 avril 2003, est prononcé mort, le cou brisé. C'est le premier jour de l'Aïd al-Adha, la grande fête musulmane du Sacrifice.

 

Sunnites choqués

Les chiites, qui ont souffert sous son régime, dansent de joie dans les rues. Cette brutale exécution, à laquelle l'armée américaine assure n'avoir pris aucune part, choque les sunnites et suscite la réprobation internationale, sauf en Israël et en Iran.

Le tyran, dont le procès devait symboliser le nouvel Irak, avait été condamné à mort le 5 novembre par un Tribunal spécial irakien. Il n'avait eu de cesse d'en contester la légitimité durant tout son procès, d'octobre 2005 à juillet 2006.

 

 

Le lendemain de son exécution, Saddam Hussein est enterré dans son village natal d'Aouja, près de Tikrit (160 km au nord de Bagdad), auprès de ses deux fils tués en juillet 2003 à Mossoul par l'armée américaine.

 

Arrêté "dans un trou à rat"

C'est aussi près de Tikrit, dans la localité d'Al-Daour, que les forces américaines l'avait arrêté "dans un trou à rat" le 13 décembre 2003, par une nuit sans lune, après plus de huit mois de traque. Deux kalachnikovs et 750'000 dollars en liquide étaient découverts à proximité.

 

 

Comme un clochard

Sur une vidéo diffusée par les Américains, l'homme qui faisait trembler l'Irak ressemble à un clochard, hirsute et le visage mangé d'une épaisse barbe poivre et sel, le regard perdu. Il se laisse examiner sans résistance par un médecin. Une photo le montre ensuite rasé mais conservant sa fameuse moustache.

 

 
Dix ans après son exécution, l'Irak n'a pourtant pas de quoi se réjouir. Le bilan de l'invasion américaine est plus que désolant.
 
 

 

 
ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

IrakIrak: l'homme qui avait attaqué la statue de Saddam Hussein regrette son acteIrak: l'homme qui avait attaqué la statue de Saddam Hussein regrette son acte

AsileUn neveu de Saddam Hussein demande l'asile en AutricheUn neveu de Saddam Hussein demande l'asile en Autriche

JusticeIrak: Le secrétaire particulier de Saddam Hussein a été exécutéIrak: Le secrétaire particulier de Saddam Hussein a été exécuté

terrorismeIrak: 30 morts dans des attentats de l'EI contre un marché, près de MossoulIrak: 30 morts dans des attentats de l'EI contre un marché, près de Mossoul

Top