06.08.2015, 15:24

Les négociations de paix FARC-Bogota reprendront le 14 janvier

chargement
Fondée 1964, les FARC compte encore quelque 9.200 combattants, essentiellement repliés dans les régions de montagne et de forêt.

Colombie Ces négociations FARC-Bogota qui doivent mettre à terme à un demi-siècle de conflit, reprendront à la mi-janvier.

Les pourparlers de paix entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) reprendront le 14 janvier prochain, ont indiqué vendredi les deux parties. 

Les discussions entamées en novembre dernier au palais des congrès de La Havane ont lieu dans une "ambiance de respect et un esprit constructif", ont indiqué les deux délégations dans un communiqué commun.
 
"Depuis le 19 novembre lorsque nous avons officiellement entamé (les pourparlers), nous avons eu 21 sessions et fourni plus de 100 heures de travail intense et d'avancées concrètes", a déclaré de son côté l'ancien vice-président colombien Humberto de la Calle qui dirige la délégation du gouvernement de Bogota.
 
L'objectif des discussions est de transformer la guérilla en une organisation politique légitime tout en protégeant le modèle économique et social du pays, a-t-il également ajouté. "Ils n'ont pas à abandonner leur idéologie et le gouvernement n'a pas à changer de modèle de société", a-t-il encore dit.
 
Mise en garde par les rebelles
 
Le chef de la délégation des FARC, Ivan Marquez, a estimé de son côté qu'une "paix mal construite était pire que la guerre".
 
La conclusion d'un accord de paix "requiert un changement du modèle de société et du système politique antidémocratique qui est au final responsable de l'inégalité honteuse et de l'exclusion qui caractérisent le régime colombien", a-t-il déclaré.
 
Les rebelles marxistes ont annoncé le 19 novembre un cessez-le-feu unilatéral de deux mois. Le gouvernement colombien a indiqué de son côté qu'il ne cesserait pas les opérations militaires avant la signature d'un accord de paix avec les FARC.
 
Le président colombien Juan Manuel Santos souhaite lui aboutir à un accord dans un délai de neuf mois sur les cinq points abordés lors des négociations - le développement des zones rurales, l'avenir politique et juridique des rebelles, la fin du conflit, la question du trafic de drogue et une compensation pour les victimes de la guerre.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top