02.06.2016, 00:34

Un exilé sur quatre-vingts meurt en mer

Premium
chargement
Un exilé sur quatre-vingts meurt en mer

CRISE Les récents naufrages d’embarcations au départ de la Libye rappellent combien la traversée de la Méditerranée reste dangereuse. Ceux qui passent par la «route centrale» risquent encore bien plus.

Kessava packiry

Près de 1000 morts: le naufrage d’au moins trois embarcations, la semaine dernière en Méditerranée centrale, renvoie à une actualité migratoire qui ne s’est pas arrêtée à Idomeni ou aux îles grecques de Chios et de Kos. «Les départs n’ont jamais cessé», rappelle Denise Graf, d’Amnesty international (AI) suisse.

Depuis le début de l’année, près de...

Top