02.08.2015, 18:56

Un nouveau mandat pour Angela Merkel

chargement

La chancelière conservatrice Angela Merkel a été réélue hier par les députés pour un deuxième mandat de quatre ans à la tête de l'Allemagne. Le Bundestag l'a adoubée un mois après les élections législatives qui lui ont conféré cette fois une majorité de centre droit.

Première femme à diriger la plus puissante économie européenne, Angela Merkel, 55 ans, a obtenu les voix de 323 des 612 députés présents (622 élus), soit 11 de plus que nécessaire. Elle prend la tête, pour les quatre ans à venir, d'une coalition entre conservateurs de la CDU-CSU et libéraux du FDP, laquelle dispose d'une confortable majorité de 332 sièges sur 622.

Longuement applaudie par les députés, la chancelière réélue s'est vu offrir des fleurs, notamment par son adversaire malheureux lors des élections du 27 septembre, le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier. Steinmeier, qui était également son vice-chancelier et chef de la diplomatie dans le gouvernement de «grande coalition» sortant, sera désormais le chef de file de l'opposition au parlement.

Après son intronisation la chancelière a réuni pour la première fois son Conseil des ministres, avant de s'envoler pour Paris pour dîner avec le président français Nicolas Sarkozy. Angela Merkel et ses alliés libéraux avaient présenté samedi leur programme de gouvernement pour les quatre ans à venir. A cette occasion, ils ont confirmé l'accession au poste de vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères du chef des libéraux, Guido Westerwelle, un orateur habile de 47 ans, qui a réussi à faire sortir son parti de l'opposition où il stagnait depuis 11 ans. Avocat de formation, Guido Westerwelle ne fait pas mystère de son homosexualité.

Sur le plan économique, la nouvelle équipe a choisi de laisser filer les déficits pour se concentrer sur la stimulation de la croissance. Un arbitrage risqué, mais le seul possible aux yeux de nombreux économistes.

Ce dispositif passera par de fortes baisses d'impôts dès le début 2010, avec un nouvel endettement à la clé, malgré le déficit budgétaire creusé par la pire crise économique en 50 ans. Mais Angela Merkel a elle promis hier que la discipline budgétaire serait à nouveau une priorité une fois la crise passée, un message en direction de ses partenaires européens.

Au total, 24 milliards d'euros d'allègements fiscaux profiteront aux foyers et aux entreprises allemands. De quoi donner du fil à retordre au nouveau ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, un «baron» expérimenté de la CDU, qui était en charge de l'intérieur dans le gouvernement sortant. Il a déjà fait savoir que l'Allemagne ne rééquilibrerait pas son budget avant au moins quatre ans.

Le nouveau gouvernement comprend lui officiellement huit chrétiens-démocrates, cinq ministres FDP et trois ministres de la CSU, l'aile bavaroise de la CDU. Parmi les principaux postes, le jeune aristocrate bavarois Karl-Theodor zu Guttenberg, star montante de la politique allemande, occupera le Ministère de la défense, laissant le portefeuille de l'Economie au libéral Rainer Brüderle.

Un nouveau venu, Philipp Rösler, 36 ans (FDP), devient ministre de la Santé et le plus jeune membre du cabinet. Ce chirurgien de formation né au Vietnam, et adopté à l'âge de neuf mois par un couple allemand, devient le premier ministre allemand d'origine non- européenne. /ats-afp

Un nouveau mandat pour Angela Merkel


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top