11.10.2019, 19:00

En 1815, Neuchâtel rêvait de devenir un grand canton

Premium
chargement
Le conseiller d'Etat neuchâtelois Laurent Favre sur la frontière franco-suisse au Cerneux-Péquignot. La date de 1819 se lit distinctement sur la borne.

Histoire Le vallon de Saint-Imier, Tramelan, La Neuveville, Grandson et la rive droite du Doubs, du château de Joux aux Brenets: en 1815, les prétentions territoriales de Neuchâtel au Congrès de Vienne étaient de taille. Il a dû se contenter du Cerneux-Péquignot.

Il y a des symboles qui ne se refusent pas. En lançant la semaine dernière sa campagne de restauration de bornes frontière, l’Etat de Neuchâtel a opportunément choisi Le Cerneux-Péquignot. Cela fait en effet 200 ans que le petit village voisin de La Brévine est neuchâtelois. Et c’est une des dernières fois qu’a été retouchée la frontière entre le...

À lire aussi...

PatrimoineLe canton de Neuchâtel cherche des parrains pour restaurer ses bornes frontièreLe canton de Neuchâtel cherche des parrains pour restaurer ses bornes frontière

Le canton de Neuchâtel a mal à ses bornes-frontièreLe canton de Neuchâtel a mal à ses bornes-frontière

La BREVINELes bornes-frontière expliquées aux enfantsLes bornes-frontière expliquées aux enfants

Montagnes neuchâteloisesLe Jura neuchâtelois dévoile son histoire à travers les bornes-frontièreLe Jura neuchâtelois dévoile son histoire à travers les bornes-frontière

Top