19.02.2019, 18:23

L’administration cantonale neuchâteloise sera regroupée sur deux sites à Serrières et à la Fiaz

chargement
Friche industrielle de l'ancienne scierie des Eplatures, où devrait prendre place le pôle chaux-de-fonnier de l'administration cantonale.

Administration Le Conseil d’Etat veut regrouper l’administration cantonale sur deux sites principaux, à Serrières et à La Chaux-de-Fonds. Le coût estimé de l’opération est de 31 millions de francs.

Le Conseil d’Etat neuchâtelois a annoncé ce mardi le lancement d’un vaste projet de regroupement de son administration. Il concrétise ainsi ce qu’il avait annoncé en 2017 en présentant son programme de législature. Il souhaitait alors «la concrétisation de pôles administratifs cantonaux d’importance».

Deux sites principaux sont d’ores et déjà envisagés, à proximité d’arrêts ferroviaires à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds. Il s’agit de Serrières à Neuchâtel (Tivoli) et de la Fiaz à La Chaux-de-Fonds.

«Entités de l’administration dispersées»

En avril dernier, le Conseil d’Etat présentait un rapport sur l’acquisition du quatrième étage de l’immeuble situé à l’adresse Tivoli 22 à Neuchâtel. «Cette proposition s’inscrit dans le contexte du futur regroupement du logement de l’administration cantonale neuchâteloise», expliquait alors le gouvernement qui ajoutait: «À l’heure actuelle, les entités de l’administration sont dispersées sur de nombreux sites et installées dans des bâtiments de différentes natures, parfois peu adaptés à la fonction publique.»

Le Conseil d’Etat indiquait par ailleurs que «l’objectif est de regrouper les services de l’administration cantonale neuchâteloise sur quelques sites fonctionnels, dont celui de Tivoli. Ce regroupement fait partie du programme d’assainissement financier.»

A La Chaux-de-Fonds, l’actuelle friche industrielle de la Fiaz abritait autrefois la scierie des Eplatures. Le site a été racheté par la Ville en 2014. En avril dernier, le Conseil général a accepté le changement d’affectation de la zone et la modification des plans d’alignement.

L’idée est de créer un «nouveau morceau de ville» permettant des logements pour 360 à 500 habitants, des petits commerces et le deuxième pôle de l’administration cantonale. Ce nouveau quartier sera desservi par la nouvelle halte ferroviaire de la Fiaz, fermée en 1995 et qui sera rouverte. Le Grand Conseil avait approuvé pour cela un crédit de 8,5 millions de francs en octobre dernier.

Canton propriétaire d’environ 50% de ses locaux

Dans son programme de législature en 2017, chiffrant les conséquences financières positives de ce regroupement, le gouvernement évaluait une économie globale d’un million de francs par année dès 2021 et de deux millions dès 2025.

Outre les économies attendues, le Conseil d’Etat précise aujourd’hui qu’il privilégie également «la recherche de synergies entre les services, ainsi que l’amélioration de l’accueil du public et de l’environnement de travail des collaboratrices et collaborateurs».

Selon lui, «le crédit nécessaire à la mise en œuvre se monte à 31 millions de francs afin de financer les travaux d’aménagement des locaux».

A noter que le canton de Neuchâtel est propriétaire d’environ 50% de ses locaux, alors que la moyenne romande est de 80%.

Et l’ancienne école d’ingénieurs?

Afin de réaliser des économies, plutôt qu’acquérir ou louer de nouveaux lieux, ne serait-ce pas plus judicieux d’occuper des locaux vides, déjà propriété de l’Etat? Au Locle, l’ancienne école d’ingénieurs, fermée sur décision de son propriétaire, l’Etat donc, dispose de quelque 4500 mètres carrés de surfaces inoccupées depuis 2011. Le réaménagement n’aurait-il pas été une occasion d’offrir une nouvelle affectation au bâtiment? Contacté ce mercredi matin, le Conseiller d’Etat Laurent Kurth ne nous a pas répondu à l’heure du bouclage du journal. 

Depuis huit ans, aucun projet n’a été dessiné pour l’ancienne école, qui tombe en décrépitude faute d’entretien. Rénover le bâtiment, et le mettre aux normes énergétiques notamment, coûterait quelques millions. Faudra-t-il le démolir?

Au Locle, le dernier service administratif cantonal encore présent, soit l’antenne des Montagnes neuchâteloises et du Val-de-Ruz de l’Office du Registre foncier, a été délocalisé à Neuchâtel en 2015. Depuis, on s’interroge sur le désengagement de l’Etat et on se demande si le principe de l’équilibre régional, inscrit dans la Constitution cantonale, est bien respecté.

Sylvie Balmer

 

L’ancienne école d’ingénieurs au Locle.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Neuchâtel: échanges linguistiques pour l'administration reconduitsNeuchâtel: échanges linguistiques pour l'administration reconduits

MécontentementSerrières: les acteurs culturels de l’Usine 5 demandent un dernier sursisSerrières: les acteurs culturels de l’Usine 5 demandent un dernier sursis

Top