22.06.2018, 17:51

La lutte pour les élèves neuchâtelois privés de lycée continue

chargement
Un père de famille se bat contre les nouvelles conditions de promotion en fin de scolarité obligatoire.

Fin de scolarité obligatoire Des écoliers neuchâtelois n'ont pas été admis au lycée alors qu'ils présentent assez de points en fin d'année. La faute aux moyennes du premier semestre. Un père de famille lance une motion populaire contre les nouvelles conditions de promotion fixées par l'Etat.

«Il est exclu que ma fille soit privée de lycée alors qu’elle a remonté toutes ses moyennes au deuxième semestre, au prix de gros efforts!» Un Neuchâtelois vient de lancer une motion populaire demandant au Conseil d’Etat de renoncer aux nouvelles «clauses guillotine» touchant les élèves en dernière année de scolarité obligatoire. 

Pour accéder aux formations postobligatoires, ces écoliers doivent désormais présenter des moyennes suffisantes à la fin du premier semestre déjà, fin janvier. Faute de quoi ils seront privés de lycée ou de tout autre formation postobligatoire en école.  

Plusieurs dizaines d'élèves recalés

Actuellement, plusieurs dizaines d’élèves dans le canton ont atteint les points requis en fin d’année scolaire, mais seront recalés à cause de leurs notes au premier semestre. 

«Le système mis en place par le Département de l’instruction publique va à l’encontre de tout bon sens, puisqu’il arrête les conditions de promotion un semestre avant la fin légale de la scolarité obligatoire», déplore le père de famille. 

Soutenu par les associations de parents d’élèves du canton, il demande aux autorités neuchâteloises de revenir en arrière et de se baser uniquement sur les moyennes de fin d’année scolaire pour déterminer si l’élève peut poursuivre une formation.

Davantage de «lycéables» 

Sa motion populaire a déjà recueilli les 100 signatures nécessaires pour être déposée devant le Grand Conseil: «En attendant, je ne sais toujours pas comment aiguiller ma fille pour la suite...»

Les nouvelles exigences de promotion au premier semestre ont déjà fait l’objet d’une interpellation fin mai devant le Grand Conseil: «Il nous paraît insensé qu’un élève doive remplir au premier semestre les conditions d’admission, imaginant bien quelle sera la baisse de motivation du jeune en situation de non admission pour le second semestre», dénonçait la députée de Solidarités Zoé Bachmann.

La conseillère d’Etat Monika Maire-Hefti lui a répondu que les nouvelles conditions de promotion avaient déjà été allégées à la suite de critiques. De plus, elle a assuré que le nombre d’élèves pouvant prétendre entrer au lycée était plus important qu’avant: «Avec le nouveau système, 51% des élèves remplissaient les conditions pour s’inscrire au lycée fin janvier, contre 43% auparavant.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Ecole obligatoireEcole neuchâteloise: les conditions de promotion devront être remplies à fin janvier déjàEcole neuchâteloise: les conditions de promotion devront être remplies à fin janvier déjà

Ecole obligatoireElèves neuchâtelois privés de lycée malgré leur remontée spectaculaireElèves neuchâtelois privés de lycée malgré leur remontée spectaculaire

Top