02.08.2015, 19:45

Le comité d'initiative «Un enfant, une place» ne répond plus

chargement
Par PASCAL HOFER

«Je n'ai aucune déclaration à faire.» Ou alors: «J'ai démissionné.» Plus grand monde ne s'exprime au nom du comité d'initiative «Un enfant, une place», sur laquelle les Neuchâtelois se prononceront le 3 avril en votation populaire. Et pour cause: les tensions dont nous avons parlé dans notre édition du 18 décembre ont pris de l'ampleur au point que le comité d'initiative semble ne plus trop exister.

Concrètement, cela ne change rien à la votation. Les Neuchâtelois devront bel et bien dire s'ils acceptent, ou non, l'initiative populaire «Un enfant, une place», déposée en 2007 avec 7000 signatures, ou s'ils lui préfèrent la nouvelle loi sur l'accueil des enfants (accueil scolaire et parascolaire), acceptée par le Grand Conseil, et qui fait office de contre-projet à l'initiative.

Les bisbilles au sein du comité d'initiative pourraient tout de même avoir un effet concret: le «Vot'info», brochure d'information envoyée aux citoyens, ne présentera peut-être pas les arguments du comité d'initiative. «Jusqu'à présent, notre demande est restée sans suite», explique Séverine Despland, chancelière du canton. «Visiblement, plus personne n'assume de responsabilité au sein du comité. Si cela se confirme, nous ne disposerons donc pas de sa prise de position.»

Des bisbilles, avons-nous dit. Elles portent en partie sur le fond du dossier: trois des quatre membres du comité, trois femmes en l'occurrence, considèrent que la nouvelle loi sur l'accueil des enfants constitue un premier pas dans la bonne direction. Le quatrième, qui a pour nom Benoît Couchepin, estime que cette loi ne répond pas aux besoins. Mais le désaccord le plus profond est d'ordre formel: dans un premier temps, les trois femmes avaient trouvé pesant le fait que Benoît Couchepin fasse régulièrement le lien entre la problématique «accueil des enfants» et le référendum contre la fiscalité des entreprises («Ce n'est pas moi qui ai choisi de faire ce lien, ce sont les autorités politiques du canton!», rétorque l'intéressé, également membre du comité référendaire). Mi-décembre, elles avaient fait savoir qu'elles prenaient leurs distances envers le comité d'initiative et que Benoît Couchepin en devenait l'unique porte-parole.

A cela est venu s'ajouter un autre désaccord: le Département cantonal des affaires sociales a mis sur pied un groupe de travail pour plancher sur deux postulats acceptés par le Grand Conseil dans le prolongement immédiat de la loi sur l'accueil des enfants. Les membres du comité d'initiative «Un enfant, une place» ont été invités à y prendre part. Aux yeux de Benoît Couchepin, cela posait un problème de conflit d'intérêt. Il explique: «L'une des membres du comité travaille au Service de la jeunesse et de l'intégration de la Ville de Neuchâtel, qui est justement en charge de l'accueil de l'enfance. Du point de vue éthique, c'est intenable, puisqu'elle risque de se trouver en porte-à-faux soit vis-à-vis de son employeur, soit vis-à-vis du comité d'initiative.»

Benoît Couchepin, la semaine dernière, a fait part de son avis aux trois membres féminins du comité. Un avis qu'elles ont dit ne pas partager. Il a démissionné. Information transmise à la chancelière du canton.

Des deux côtés, on parle de gâchis et on se dit attristé par la tournure des événements.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Série téléviséePour les 25 ans de "Friends", les fans de la série culte se sont régalé au cinéma lors d'une projection uniquePour les 25 ans de "Friends", les fans de la série culte se sont régalé au cinéma lors d'une projection unique

Les 25 ans de "Friends" fêtés au cinéma

Près de 150 fans de "Friends" ont célébré samedi les 25 ans de la série culte lors d'une projection unique. Les 12...

  08.12.2019 15:41
Premium

SolidaritéSuccès pour le Téléthon en terres neuchâteloisesSuccès pour le Téléthon en terres neuchâteloises

IndustrieCinq défis de l’horlogerie pour 2020… et au-delàCinq défis de l’horlogerie pour 2020… et au-delà

CommercesLe kiosque du Trésor disparaîtra à Neuchâtel: la Ville souhaite un autre type de commerce à cet endroitLe kiosque du Trésor disparaîtra à Neuchâtel: la Ville souhaite un autre type de commerce à cet endroit

PolitiqueDidier Berberat, l’homme aux 17 conseillers fédérauxDidier Berberat, l’homme aux 17 conseillers fédéraux

Top