30.06.2016, 01:04

Un climat plus chaud et plus sec libérera le CO2 des tourbières

Premium
chargement
Edward Mitchel, directeur du Laboratoire de biodiversité du sol, supervise la recherche de Matthieu Culot.
Par réd - comm

RECHERCHE Une thèse de doctorat réalisée au Jardin botanique de Neuchâtel met en exergue un phénomène naturel.

Si le climat devenait plus sec et chaud, les tourbières relâcheraient plus de CO2. C’est l’un des résultats de la thèse de doctorat de Matthieu Mulot réalisée au Jardin botanique de Neuchâtel et qu’il soutiendra ce mercredi à l’Université de Neuchâtel. Sachant que les tourbières, qui ne recouvrent qu’environ 3% des terres émergées, renferment le tiers du carbone des...

Top