30.12.2016, 15:34

En 1976, il y a 40 ans, épilogue de l'affaire de la place d'armes des Franches-Montagnes

chargement
Les participants à la table ronde organisée vendredi à Montfaucon. On reconnaît, en 2e depuis la gauche, l'ancien ministre Jean-Pierre Beuret, un militant franc-montagnard de la première heure.

commémoration Le 30 décembre 1976, il y a tout juste 40 ans, était signé l'acte de vente aux communes de Montfaucon, Lajoux et Les Genevez de 289 hectares de terrain sur lesquels la Confédération rêvait d'implanter une place d'armes. L'événement a été commémoré vendredi à Montfaucon.

Cela fait 40 ans que l'affaire dite de la place d'armes des Franches-Montagnes a été définitivement réglée. Le 30 décembre 1976, la Confédération, représentée par le conseiller fédéral Georges-André Chevallaz, et les maires de Montfaucon, de Lajoux et des Genevez signaient l'acte faisant des trois communes jurassiennes les propriétaires des 289 hectares de terrain que la Berne fédérale avait acquis dans le but d'y implanter une place d'armes.

Vendredi, à Montfaucon, des survivants de cette époque, mais aussi des acteurs d'aujourd'hui ont commémoré l'événement. Ils ont évoqué les années de braise au cours desquelles la population des Franches-Montagnes s'est opposée farouchement à ce projet, qui correspondent aussi à la période de radicalisation de la Question jurassienne, avant les plébiscites de 1974 et 1975 ayant abouti à la création du nouvel Etat cantonal. C'est à cette époque, en effet, que le Front de libération du Jura (FLJ) s'est signalé en boutant le feu à plusieurs fermes situées dans le périmètre visé.

Mais les échanges ont aussi tourné autour des perspectives d'avenir. Que deviendra le GLM, le Syndicat intercommunal d'exploitation agricole constitué par les trois communes? La volonté de conserver ces terres pour l'agriculture demeure, mais la structure mise en place en 1981 est-elle encore adaptée aux réalités agricoles d'aujourd'hui? Le GLM a encore dix ans pour y réfléchir. Les effets de la convention signée en 1976 (qui privent notamment les communes de subventions cantonales et fédérales) se déploient jusqu'en 2026.

Retour sur un événement majeur de l'histoire récente du Jura dans nos éditions payantes de samedi.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top