19.12.2018, 12:14

Optimisme des entreprises du Jura bernois pour le 1er trimestre

chargement
Les entreprises du Jura bernois se montrent optimismes pour le 1er trimestre 2019.

Conjoncture Les entreprises du Jura bernois se montrent optimismes pour le 1er trimestre 2019. Le volume d’affaires va poursuivre sa progression. Seul bémol, les capacités d’investissement sont encore trop limitées pour les petites entreprises.

Le baromètre industriel de la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) publié mercredi confirme la poursuite d’une période globalement positive pour l’industrie régionale. L’année 2019 devrait donc s’inscrire dans la lignée des derniers mois de 2018.

Les commandes effectuées par les entreprises laissent présager une légère augmentation du volume d’affaires. Pour les entités de moins de cinquante employés, la croissance des entrées de commandes se révèle plus importante. Ce décalage correspond à une reprise différée des activités entre grandes et petites entreprises.

Reste que ces anticipations positives en termes de volumes d’affaires occultent l’existence de cas individuels qui sont toujours pénalisés par le choc monétaire de 2015, selon le directeur de la CEP Patrick Linder. La faiblesse des marges continue aussi d’entraver la compétitivité de la place industrielle.

Faiblesse de l’investissement

Depuis plus de trois ans, le volume d’investissement demeure le domaine de préoccupation principal du secteur secondaire de la région. Si les capacités de financement de la technologie et du développement de projets se sont reconstituées dans les grandes entreprises, les plus petites peinent encore à investir pour maintenir leur compétitivité.

Entreprises du Jura bernois ouvertes à des emplois pour réfugiés

Les entreprises du Jura bernois sont disposées à offrir des emplois qualifiés à des réfugiés et à des personnes au bénéfice d'un statut d'admission provisoire. Mais elles souhaitent au préalable que les questions portant sur le permis de travail et les assurances soient réglées.

Les difficultés que connaît le secteur industriel régional dans le recrutement de techniciens et de spécialistes expliquent en partie l'intérêt manifesté par les entreprises, particulièrement dans le domaine des postes à durée déterminée.

Les entreprises sondées par la Chambre d'économie publique du Jura bernois (CEP) indiquent qu'elles souhaitent aussi donner une chance à des personnes désireuses de travailler. Mais la CEP constate que la situation actuelle ne semble pas réunir les conditions idéales pour que les entreprises proposent des postes à des réfugiés.

Délais trop longs

Parmi les difficultés évoquées par les employeurs figurent des délais trop longs pour l'obtention des autorisations ainsi que des lourdeurs administratives. Ils préconisent une centralisation du processus des requêtes. Les employeurs demandent aussi des mesures pour éviter les abus et prévenir toute tentative de dumping salarial.

Ces offres d'emploi ne devraient pas être faites au détriment des travailleurs locaux ou engendrant une pression à la baisse sur les salaires, relèvent certaines entreprises sondées dans le cadre du baromètre industriel présenté ce mercredi. Les migrants devraient aussi bénéficier d'un certain degré d'intégration, notamment au niveau de la langue.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top