02.08.2015, 18:54

La dépendance au téléphone mobile est-elle un progrès ou une drogue dure?

chargement
Par Léo Bysaeth

Heureux. On le serait à moins. Patrimoine mondial de l'humanité, cela pose sa ville, non? Depuis, je gamberge sur d'autres inscriptions dans le genre patrimoine immatériel.

Incidemment, il m'est venu l'idée d'un classement des sites non encore couverts par les antennes de téléphonie mobile. Ces endroits deviennent tellement rares que je me demande pourquoi Franz Weber n'a pas encore lancé une des initiatives dont il a le secret.

On pourrait par exemple promouvoir Les Vieux-Prés Patrimoine mondial de l'humanité qui ne veut pas être dérangée. Ma proposition a, il est vrai, peu de chances de passer la rampe. Il est loin le temps où, lorsqu'un prolo installait le téléphone dans son corridor, il invitait les voisins pour célébrer l'événement. Loin, ce temps où l'on parlait d'un riche en disant d'une voix empreinte d'un accent un peu jaloux: «Vous vous rendez compte, ils ont même le téléphone!»

A l'époque, il n'y avait qu'un seul opérateur national et monopolistique. Les combinés, indestructibles, immuablement muraux et noirs, appartenaient aux PTT. Aujourd'hui, de plus en plus de gens n'ont même plus de raccordement fixe. On montre du doigt les rares ploucs qui n'ont pas de portable, alors qu'au début de son développement, le portable était un téléphone d'appoint, un gadget de frimeur ou d'homme d'affaires stressé. Chacun sera de plus en plus dépendant de son concentré de technologie miniature et de l'infrastructure qui va avec, satellites et antennes.

Or, sans téléphone fixe, l'individu n'a plus de solution de rechange en cas de panne.

C'est le progrès!


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ThématiquesEn 2020, «ArcInfo» renouvelle son engagementEn 2020, «ArcInfo» renouvelle son engagement

Chronique«La fin du mot», l’air du temps de Catherine Lüscher«La fin du mot», l’air du temps de Catherine Lüscher

«La fin du mot»

Découvrez la chronique «Air du temps» de Catherine Lüscher, qui s’interroge sur la novlangue utilisée dans les textos.

  25.01.2020 05:30  L'air du temps

HumourChronique de Christophe Bugnon: les Jeux olympiques de la sagesseChronique de Christophe Bugnon: les Jeux olympiques de la sagesse

Services publicsPoint de vue de Nicolas Turtschi: «Jusqu’à la corde»Point de vue de Nicolas Turtschi: «Jusqu’à la corde»

Chronique«Chaumont veut vivre», l’air du temps de Vicky Huguelet«Chaumont veut vivre», l’air du temps de Vicky Huguelet

Top