08.07.2019, 20:29

Des agriculteurs des Brenets l'auraient exploité au noir, abandonné blessé et lui auraient demandé de mentir à la police

Premium
chargement
Profiter de la détresse d'étrangers serait une pratique courante dans les fermes, a dénoncé la procureure Sarah Weingart.

Justice Vingt-trois et 19 mois de prison sont requis contre un agriculteur des Brenets et son fils, prévenus de lésions corporelles graves par négligence sur la personne d’un Kosovar, employé au noir.

Sur le banc du Tribunal de police des Montagnes et du Val-de-Ruz, ce lundi après-midi à La Chaux-de-Fonds, un père et son fils, agriculteurs des Brenets, ont nié avoir employé au noir Edin (prénom fictif), un Kosovar, et profité de sa détresse financière.

L’ouvrier agricole, nourri et logé, était payé environ 2000 francs en liquide par mois. «Ce n’est pas ce...

À lire aussi...

EmploiLe Jura veut mieux lutter contre le travail au noirLe Jura veut mieux lutter contre le travail au noir

TribunalLes Brenets: peines de prison pour les paysans «esclavagistes»Les Brenets: peines de prison pour les paysans «esclavagistes»

Top