23.12.2016, 23:26

Seuls, séparés de leurs familles, ils ressentiront, en pleines fêtes, les affres de leur solitude

chargement
Zama et Asad, requérants d'asile qui ont dû fuir les leurs, en Afghanistan, pour avoir la vie sauve.

Noël loin des leurs Asad, Daoud, Ismaïl, Sakhi et leurs compagnons d'infortune afghans sont parvenus, au péril de leur existence, à fuir les talibans. Ils ont trouvé un peu de calme à La Chaux-de-Fonds. A quoi riment pour eux Noël, les cadeaux et l'effervescence tout en lumières autour d'eux? Requérants d'asile, ils ont eu la vie sauve, après avoir supporté des scénarios aussi invraisemblables qu'insupportables. Au prix fort! Séparés de leur famille, ils se confient.

Daoud, Asad, Ismaïl, Sakhi et leurs compagnons d'infortune ont dû quitter l'Afghanistan et ses talibans qui en voulaient directement à leur vie. Bravant la mort, ils ont affronté police, passeurs, scénarios inhumains, devant débourser des sommes pharaonesques pour arriver, survivants, en Suisse.

Leur étiquette? Requérants d'asile. Ce Noël les plonge dans une infinie nostalgie, "même si chez nous, musulmans, nous ne fêtons pas cette date du calendrier, car dans notre pays, nous nous échangeons des cadeaux et nous nous réunissons en famille chez nos grands-parents, plutôt lors de notre Nouvel-An", explique Asad. "Célébration, qui a lieu le premier jour du printemps, le 21 mars."

Asad a laissé sa mère et sa femme au pays. "J'ai toujours mon portable à portée de main, au cas où elles m'appellent. Je suis resté deux mois et deux jours sans aucune nouvelle d'elles, récemment, tellement il est difficile en Afghanistan, de pouvoir communiquer avec l'extérieur par téléphone. Il faut se rendre dans un endroit spécial. Où la connexion est toutefois très aléatoire..." 

Lui et ses compagnons d'infortune nous racontent les sentiments qui les traversent, tandis que de notre côté, dans les Montagnes neuchâteloises, nous retrouvons nos aimés, dans una ambiance joyeuse et chaleureuse.

Ils nous confient combien les tourmente leur mise sur pause, qui rime à attendre, attendre et attendre encore, afin d'enfin savoir, de la part des autorités fédérales compétentes, de quoi leur avenir sera fait... D'espoir ou de mort. Exagéré? C'est ainsi qu'ils dépeignent leur horizon: en blanc ou en noir.

Plus dans nos éditions payantes du jour.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top