22.07.2019, 09:00

Le Muséum de Neuchâtel vous dit tout sur les espèces invasives

chargement
Dans ce nouvel épisode de "Collections bestiales", le Muséum fait un focus sur les silures et les moules.

Sciences «Les collections bestiales» du Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel sont de retour pour une troisième saison. Le premier épisode de cette série de vidéos est consacré aux espèces invasives qui habitent le lac.

Plus de trente espèces de moules, sept d’écrevisses et seize de silures peuplent les lacs suisses, dont celui de Neuchâtel. Parmi ces créatures se cachent certaines espèces exotiques qui peuvent avoir un impact dit invasif sur le milieu qu’elles colonisent.

C’est ce qu’explique le nouvel épisode de «Collections bestiales» qui démarre ainsi sa troisième saison. Cette série de vidéos met en évidence des animaux issus des collections du Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel.

A lire aussi : Neuchâtel: le Muséum d’histoire naturelle dévoile ses «collections bestiales» en vidéo

Le comédien et ethnobiologiste Sacha Dubois, instigateur du projet et visage de la première saison, en 2017, y retrouve sa blouse de chercheur après avoir laissé sa place à d’autres comédiens neuchâtelois l’an dernier. Le ton se veut toujours décalé et le fond aussi fourni.

«Aujourd’hui, le problème des espèces invasives est préoccupant. Beaucoup d’espèces s’installent rapidement à de nombreux endroits avec le lot de perturbations qui va avec. Ce sont les activités de l’espèce humaine qui leur donnent des moyens trop rapides de se propager au détriment des espèces locales», apprend-on.

La peste des écrevisses

L’excès d’azote et de phosphore dans l’eau, dû aux intrants agricoles, semble par exemple favoriser le développement des populations de silures. Présent depuis longtemps dans les lacs de Neuchâtel et de Morat, le silure glane – le plus grand du genre – a récemment élu domicile dans le Léman.

Les moules zébrées, venues de la mer Caspienne dans les années 1960 accrochées aux coques de bateaux, concurrencent pour leur part l’anodonte des cygnes, un gros mollusque. Idem pour l’écrevisse américaine qui fait peur aux espèces autochtones. Pour ne rien gâcher, elle est porteuse saine de la peste des écrevisses…


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

VidéosNeuchâtel: le Muséum d'histoire naturelle dévoile ses "collections bestiales" en vidéoNeuchâtel: le Muséum d'histoire naturelle dévoile ses "collections bestiales" en vidéo

grosse priseUn silure de 40-50 kg pêché dans le Rhône, près d’AvignonUn silure de 40-50 kg pêché dans le Rhône, près d’Avignon

EpizootieDes milliers d'écrevisses du lac de Sempach décimées par la pesteDes milliers d'écrevisses du lac de Sempach décimées par la peste

Espèces invasivesDes moules indésirables sont transportées de lac en lacDes moules indésirables sont transportées de lac en lac

Top