21.09.2018, 15:57

Les tenanciers de la laiterie partent à la retraite, mais le commerce rouvrira après complète rénovation

chargement
Dominique et Bernard Greber partent à la retraite après avoir tenu durant 20 ans la Laiterie d'Auvernier.

auvernier Le couple Greber qui, contre vents et marées, tient la barre de la Laiterie d'Auvernier, un commerce de proximité à l'ancienne, part à la retraite. Par bonheur, il peut passer le témoin à un repreneur.

Pénétrer dans la Laiterie d’Auvernier - Alimentation générale, c’est faire un saut temporel. Un peu comme si «Les Visiteurs» avaient choisi de visiter le passé, plutôt que d’être projeté dans l’avenir.

Au sol, les petites catelles carrées doivent avoir été posées dans les années 1940 du siècle dernier. Les rayonnages, en bois, regorgeaient jusqu’à la semaine dernière de tout ce qu’un ménage peut réclamer à la dernière minute: détergent, vin blanc à boire, vin blanc à cuire, apéros, boîtes de thon, de sardines, boîtes de tout, pain, tomates, salade, fruits de saison, épices, pommes de terre. A droite, l’autel, pardon, le frigo, raison d’être de l’enseigne, contient tout ce que vache peut offrir, lait, fromages, yoghourts.

Douze tonnes de fondue par an

Ce décor unique au parfum de milieu de 20e siècle va disparaître. Les Greber raccrochent pour prendre une retraite bien méritée.

Les clients connaissent surtout Madame. Car c’est Dominique qui tient la boutique, tandis que Bernard s’active dans l’arrière-boutique où il fabrique sa célèbre «Fondue de l’artisan». Ce produit est distribué un peu partout en Suisse romande et alémanique et jusqu’au Tessin.

«Nous en vendons entre 12 et 14 tonnes par an», évalue Bernard, qui confie que cette fameuse fondue représente 60% du revenu. «Sans cela, le magasin ne serait pas viable.»

Vingt ans au service des habitants

Les Greber ont repris le commerce – et la recette de la fondue –, il y aura 20 ans et un mois jour pour jour mercredi prochain, lorsqu’ils fermeront pour la dernière fois la porte vitrée de la boutique.

Le couple est soulagé d’avoir trouvé un successeur. Et pas n’importe qui. Il s’agit de Maurine de Montmollin. «Elle est née ici, c’est l’épouse de Benoît, du Domaine de Montmollin.»

Pour que la laiterie perdure, il a fallu aussi convaincre le propriétaire de rénover les locaux de fond en comble. Son accord a soulagé les Greber, satisfaits que leur départ ne rime pas avec la fin d’un commerce de proximité qui rend bien des services aux habitants.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ManifestationNeuchâtel: une usine en carton en guise de protestation pour les acteurs culturels de l’Usine 5Neuchâtel: une usine en carton en guise de protestation pour les acteurs culturels de l’Usine 5

TendanceCadeaux d’occasion, la fin d’un tabou? Reportage dans le canton de NeuchâtelCadeaux d’occasion, la fin d’un tabou? Reportage dans le canton de Neuchâtel

RétrospectiveEn 2007, le premier non de Peseux à une fusionEn 2007, le premier non de Peseux à une fusion

MobilitéLes communes neuchâteloises ont quatre ans pour mettre aux normes 700 arrêts de busLes communes neuchâteloises ont quatre ans pour mettre aux normes 700 arrêts de bus

LauréatsMarathon terminé pour l’Université de NeuchâtelMarathon terminé pour l’Université de Neuchâtel

Top