12.02.2019, 18:35

Neuchâtel: l’indispensable présence des plantes à la fabrication des indiennes

Premium
chargement
Naturalistes ou stylisées, réalistes ou imaginaires, toutes les indiennes étaient fabriquées à base de végétaux.

Histoire Les indiennes n’auraient jamais existé sans le commerce international de plantes. L’impression des toiles peintes à Neuchâtel, dès le 18e siècle, est un premier exemple de la mondialisation.

Pour réaliser une indienne de la qualité de celles qui ont fait le renom du Littoral neuchâtelois dès le milieu des années 1700, il fallait avoir recours à une bonne quarantaine de plantes. C’est ce qu’a appris, mardi, la cinquantaine d’intéressés venus écouter le botaniste Blaise Mulhauser au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (MAHN).

Dans le cadre...

Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

ConférenceConférence sur le commerce d’indiennes en Afrique de l’Ouest au Musée d’art et d’histoire de NeuchâtelConférence sur le commerce d’indiennes en Afrique de l’Ouest au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel

CultureExposition sur les indiennes "made in Neuchâtel" au Musée d’art et d’histoireExposition sur les indiennes "made in Neuchâtel" au Musée d’art et d’histoire

Top