25.06.2018, 10:49

Enquête de la Fifa sur l'aigle bicéphale: hypocrisie mondiale

chargement
Enquête de la Fifa sur l'aigle bicéphale: hypocrisie mondiale

Commentaire Notre journaliste Julian Cervino donne son point de vue sur la polémique déclenchée par le geste de Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri lors du match Suisse-Serbie.

La fantastique victoire de la Suisse contre la Serbie entrera-t-elle dans la légende du sport helvétique grâce aux deux merveilles signées par Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri ou par la façon de célébrer leurs deux réussites? Il faut redouter que la deuxième option prévale. C’est aussi dommage que grotesque.

A lire aussi : Cet aigle bicéphale qui assombrit le ciel suisse

Donc, ces deux jeunes hommes aux origines kosovares, dont les familles ont quitté leur pays d’origine pour fuir la guerre, n’avaient pas le droit de leur dédier ce désormais fameux signe de l’aigle bicéphale, symbole du Kosovo, après avoir inscrit leur but pour la Suisse. Tout ça parce que c’est de la politique.

On se pince pour y croire et on se demande vraiment si tous les supporters suisses ayant klaxonné à tout va vendredi soir ont vraiment regretté ces gestes. La victoire face à la Serbie était trop belle pour qu’elle soit gâchée par une telle polémique. Mais non!

Chacun s’en est mêlé et apporté son grain de sel, même le Conseil fédéral est intervenu. C’est devenu une affaire d’Etat. Les deux joueurs en question, ainsi que leur capitaine, risqueraient même une suspension de la Fifa, qui a ouvert une enquête sur la question. Au secours!

Nos deux amis n’avaient pas le droit de se comporter ainsi en Russie parce que le football ce n’est pas de la politique et leur geste était provocateur. Ridicule, alors que Gianni Infantino (président de la Fifa) salue des chefs d’Etat dans les tribunes des stades russes et que Vladimir Poutine profite de l’occasion pour s’offrir une publicité mondiale. Sans parler des tentatives de récupération politique émanant des leaders turcs et tchétchènes.

Plus graves, les critiques des irréductibles tenants du patriotisme helvétique. Ces derniers n’ont toujours pas admis que les couleurs de leur pays soient défendues par des footballeurs aux origines étrangères. On a beau leur expliquer que c’est le simple reflet de la réalité helvétique, ils ne veulent pas comprendre. Il est plus simple pour eux de se glorifier des exploits helvétiques lorsque les héros du pays se nomment Zuber et Sommer, comme contre le Brésil.

Au final, cette affaire relève d’une hypocrisie mondiale nauséabonde. Et on s’en serait bien passé!


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FOOTBALLFreddy Mveng: «Le derby, un match comme les autres»Freddy Mveng: «Le derby, un match comme les autres»

RecueillementZurich: la grande famille du football a rendu un dernier hommage à Köbi KuhnZurich: la grande famille du football a rendu un dernier hommage à Köbi Kuhn

FOOTBALLSuper League: Freddy Mveng encore privé de derbySuper League: Freddy Mveng encore privé de derby

la bouletteFootball – Europa League: l’erreur de Yann Sommer élimine le Borussia MönchengladbachFootball – Europa League: l’erreur de Yann Sommer élimine le Borussia Mönchengladbach

CompétitionFootball - Europa League: Young Boys éliminé après son match nul face aux RangersFootball - Europa League: Young Boys éliminé après son match nul face aux Rangers

Top