06.02.2019, 00:01

Corinne Suter ouvre le compteur suisse à Are

chargement
Corinne Suter a apporté une première médaille à la délégation suisse.

SKI ALPIN La Schwytzoise Corinne Suter est montée sur la troisième marche du podium du super-G des Mondiaux d’Are. Elle n’a concédé que cinq petits centièmes à la cannibale Mikaela Shiffrin.

Mikaela Shiffrin a commencé sa moisson de médailles à Are de la plus belle des façons en décrochant le titre mondial du super-G. L’Américaine a devancé de 0’’02 Sofia Goggia et de 0’’05 la Schwytzoise Corinne Suter.

Ce super-G a été le théâtre d’une bataille au centième entre les meilleures. Et à ce petit jeu, c’est Mikaela Shiffrin qui s’en est le mieux sortie. Comme souvent. L’expression de surprise sur son visage en voyant du vert valait tous les discours. La technicienne de Vail pensait certainement que sa faute à quelques secondes de la fin serait rédhibitoire. Eh bien non.

Sublime Américaine

Toujours féline en fin de manche, elle est parvenue à conserver 0’’02 de bonus sur Sofia Goggia pour décrocher son quatrième titre mondial après les trois en slalom acquis depuis 2013. De retour la semaine dernière à Garmisch, l’Américaine sait vraiment se sublimer dans les grands rendez-vous.

La délégation suisse commence fort bien ces Mondiaux grâce à Corinne Suter, médaillée de bronze à un souffle de la victoire. La Schwytzoise de 24 ans, jamais sur le podium en Coupe du monde, a profité de sa bonne forme actuelle (4e et 6e à Garmisch).

Et puis c’est une jolie revanche pour une athlète qui a été victime l’été passé d’un empoisonnement du sang et qui aurait pu risquer l’amputation d’un pied. Corinne Suter peut en outre nourrir quelques regrets vu qu’elle avait 0’’03 d’avance sur Sofia Goggia au dernier temps intermédiaire.

Mikaela Shiffrin, évidemment. Crédit: Keystone

 

Gut-Behrami neuvième

Lara Gut-Behrami n’a pas commis d’erreurs majeures, mais la Tessinoise n’a pas placé son ski de manière optimale en entrée de courbe. La relative facilité du parcours n’a pas aidé la cause de la skieuse de Comano, qui plus est sur une piste raccourcie en raison du vent.

Elle termine neuvième à 0’’48 de Shiffrin. «Il y avait un peu d’espace entre les portes, surtout en haut», a expliqué la Tessinoise. «Je n’ai pas réussi à accélérer mon ski, c’était sans doute joli à voir, mais ça manquait de rythme. Si je regarde combien de temps il me manque pour être sur le podium? Non, aux Mondiaux, seules les médailles comptent.»

Les deux autres Suissesses engagées ont connu des destins différents. Wendy Holdener a terminé 14e à 1’’10, alors que Jasmine Flury, désavantagée par son dossard 1, n’a pas pu aller jusqu’au deuxième temps intermédiaire à cause d’une faute de trajectoire. 

Une course très ouverte sur fond de chaos technique pour le super-G messieurs

Après les dames, au tour des messieurs de lancer leurs Mondiaux d’Are avec le super-G ce mercredi (12h30). Avec cinq vainqueurs différents lors des cinq courses de la saison, les favoris sont nombreux, mais il faudra faire fi des problèmes d’intendance.

Etre à 24 heures du départ du super-G mondial et ne pas être certain d’avoir ses skis ni ses chaussures. C’est la situation embarrassante qui nourrit une petite polémique. Vols annulés, athlètes bloqués dans les aéroports, le petit chaos qui a eu lieu à Stockholm n’a pas facilité la préparation mentale des acteurs.

Ces retards multiples et les problèmes d’acheminement du matériel ont contraint la FIS à annuler l’entraînement de descente prévu hier. Cela signifie que les meilleurs supergéantistes du monde n’auront pas eu d’autre contact avec la piste qu’une session de ski libre hier après-midi.

Beat Feuz en famille

Alors que Mauro Caviezel, Thomas Tumler et Marco Odermatt ont rejoint la Suède à la der, Beat Feuz a pu «passer entre les gouttes» via Innsbruck pour arriver lundi matin à 3 heures. «Ce n’était pas idéal», explique le Bernois, qui a voyagé avec sa compagne et sa petite Clea. «Nous avons dû faire quinze heures de voyage. Ce n’est pas optimal, mais c’est nettement mieux que d’autres.»

Même s’il lui manquait encore quelques affaires lundi soir, le champion du monde de descente affichait une mine détendue en conférence de presse. «Je suis en forme, même en super-G», prévient-il. «C’est juste que les résultats n’ont pas été au rendez-vous. Je dois aussi dire que les conditions n’étaient pas toujours avantageuses pour moi.» A Are, sur une neige agressive et donc très réactive sous les skis, Feuz devrait se sentir à l’aise.

Dans ces conditions, le nom d’Aksel Lund Svindal refait vite surface au premier plan. Absent à Garmisch afin de se préparer au mieux pour ces joutes, le colosse de Kjeller a pu s’entraîner quelques jours sur cette neige extrêmement froide qu’il adore.

Presque imbattable à quelques kilomètres de sa Norvège natale, Svindal fait clairement figure d’épouvantail si son corps ne lui joue pas un sale tour. Dans la catégorie des éclopés, on retrouve également Kjetil Jansrud. Victime de deux fractures à la main voici deux semaines, le Norvégien veut tenter sa chance, même s’il reconnaît qu’il devrait attendre six semaines pour une guérison totale.

Beat Feuz, l’un des fers de lance de la délégation suisse. Crédit: Keystone

 

Cinq courses, cinq vainqueurs

Parmi les autres favoris, on peut citer une douzaine de noms, tant la concurrence est dense dans la discipline avec cinq vainqueurs différents cette saison (Paris, Svindal, Jansrud, Franz et Ferstl). Le dossard rouge, Vincent Kriechmayr, ne compte par exemple aucun succès en super-G cet hiver. Même chose pour son dauphin Matthias Mayer. Et sur une course d’un jour, ce n’est pas la régularité qui se voit récompensée.

Dans le camp suisse hormis Beat Feuz, la meilleure carte se nomme Mauro Caviezel. Impressionnant en début de saison lors de la tournée américaine avec trois podiums, dont deux deuxième places à Beaver Creek, le Grison pourrait jouer les trouble-fête si les planètes s’alignent.

Pour Thomas Tumler et Marco Odermatt, ce sera la forme du jour qui dictera la tenue en course. Les mésaventures des skieurs helvétiques pourraient avoir un effet bénéfique: celui de ne pas avoir le temps de se poser trop de questions. 

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Ski-alpininismeMarianne Fatton deuxième d’une épreuve de Coupe du monde en AndorreMarianne Fatton deuxième d’une épreuve de Coupe du monde en Andorre

Marianne Fatton deuxième en Andorre

La Neuchâteloise Marianne Fatton a réussi son retour en Coupe du monde de ski-alpinisme. A Arinsal (Andorrre), la...

  25.01.2020 16:40

CompétitionSki alpin: maudit, Beat Feuz termine encore au 2e rang  de la descente de KitzbühelSki alpin: maudit, Beat Feuz termine encore au 2e rang  de la descente de Kitzbühel

CompétitionSki freestyle: des médailles pour Ragettli, Gremaud et Hoefflin aux X-Games à AspenSki freestyle: des médailles pour Ragettli, Gremaud et Hoefflin aux X-Games à Aspen

PresqueSki alpin: Feuz et Caviezel dans le top 10 du super-G de KitzbühelSki alpin: Feuz et Caviezel dans le top 10 du super-G de Kitzbühel

JoliSki alpin: Joana Hählen, 3e de la descente de Bansko remportée par Mikaela ShiffrinSki alpin: Joana Hählen, 3e de la descente de Bansko remportée par Mikaela Shiffrin

Top