02.08.2015, 19:43

De retour à la vie

chargement
Par ADELBODEN: PASCAL DUPASQUIER

Presque deux ans après son terrible accident sur la Streif, Daniel Albrecht retrouve Adelboden. Il s'y était classé deuxième en 2008 et se dit «heureux d'être là!»

La grande famille du ski est soulagée. Après son lent retour à la vie, Daniel Albrecht a accompli un pas supplémentaire: il est de retour à la compétition. Depuis cet hiver, le skieur de Fiesch a renoué avec les joies du portillon de départ. Sans pression aucune, le miraculé de la Streif 2009 a remis le dossard en géant. A deux occasions en décembre: le 5 à Beaver Creek, où il avait ébahi son monde en se classant 21e. Et le 19 à Alta Badia, avec, cette fois, un peu moins de réussite: une grosse faute le privait de deuxième manche. «J'ai été très surpris par cette 21e place à Beaver Creek», commente doucement Daniel Albrecht. «C'était ma première course depuis mon accident, je ne m'attendais pas du tout à un tel résultat.»

Dans ses yeux, une lumière... «Après mon coma, j'ai dû tout réapprendre de la vie», lâche enfin le jeune homme de 27 ans. «Le ski aussi. Et il faut beaucoup de patience pour retrouver le bon feeling.»

Qu'à cela ne tienne! Deux courses, deux géants qui, au-delà de l'appellation strictement sportive, méritent bien le terme de «géant». Géant comme Daniel Albrecht. Géant comme son combat pour la vie aujourd'hui remporté. Géant comme son combat pour retrouver le cirque blanc. «Je suis heureux d'être là», glisse-t-il derrière un sourire qui en dit davantage que les mots.

Mais avant de parler de 2011, du géant d'aujourd'hui à Adelboden (10h30 et 13h30) et de ses attentes pour l'hiver, un retour en arrière s'impose. Flash-back jusqu'au jeudi 22 janvier 2009. A quinze jours des Mondiaux de Val-d'Isère, Daniel Albrecht s'élance dans la descente d'entraînement de Kitzbühel. Tout se passe bien jusqu'au schuss final. Jusqu'à cet ultime saut où, déséquilibré, il s'envole dans une effroyable cabriole. Les images sont impressionnantes. Pantin désarticulé, le Haut-Valaisan s'arrête enfin, inconscient, dans l'aire d'arrivée. Victime d'un traumatisme crânio-cérébral, il passera trois semaines dans un coma artificiel.

A son réveil, les médecins du service neurologique de la clinique d'Innsbruck, où il est traité, se montrent optimistes. «Il lui faudra plusieurs semaines avant de pouvoir quitter notre clinique, mais il ne gardera aucune séquelle neurologique de son traumatisme. Il pourra travailler et retrouver une vie normale.» Propos rassurants.

Pour ce qui est de sa vie de skieur, en revanche, une inconnue demeure. «Ses poumons ont été compressés lors de sa chute», avaient ajouté les médecins. «Ils ont connu un rétrécissement et leurs capacités sont limitées. Pour la vie de tous les jours, cela ne pose aucun problème. Pour un athlète de pointe, c'est plus ennuyeux...»

Quasiment deux ans plus tard, Daniel Albrecht est là, dans son pull vert pomme flanqué des sponsors de Swiss-Ski. Souriant, radieux, sincère. «Je me sens parfaitement bien», confirme-t-il. «Aujourd'hui, j'ai très bien skié à l'entraînement, mais je sais aussi que tout n'est pas parfait. Je connais encore trop de hauts et de bas. Je dois me montrer plus régulier.» /PAD

«Il va me réserver un accueil d'enfer»

Daniel Albrecht disputera ce matin sa première course en Suisse depuis son accident. «La pression? Mais il y en a toujours», s'amuse-t-il en toisant le journaliste de son oeil narquois. Il renchérit: «Je me réjouis comme vous ne pouvez pas l'imaginer. Le public sera nombreux, il va me réserver un accueil d'enfer. Ça va être génial.» Le champion du monde de supercombiné 2007 aura encore de longs combats à livrer avant de retrouver son statut anté-Streif. «Je sais ce que je peux et ce que je dois changer pour que ça aille encore mieux. Je sais aussi que je skie vite à l'entraînement. Alors, je suis confiant.»

Et si 2011 était l'année de Daniel Albrecht? «Dans 2011, il y a 11. Et le 11, c'est mon chiffre porte-bonheur. J'espère que ça va me porter chance», conclut-il. /pad

Didier Cuche veut ne retenir que les bons souvenirs

Didier Cuche a des souvenirs mitigés à Adelboden. Sur la mythique piste de la Chuenisbärgli, le Neuchâtelois a connu les joies de la victoire, en 2002, mais aussi les larmes de la blessure. En janvier 2005, à l'entraînement, il s'était «fait» le ligament croisé du genou. «Je n'ai pas de trop bons souvenirs de ces dernières années», rappelle-t-il. «Cela dit, il me reste celui de 2002, lors de mon succès avec une confortable avance (réd: 1''15 sur le Français Frédéric Covili). C'est avec ces images que je veux m'élancer.»

Fort de son quatrième rang dans le géant d'Alta Badia le 19 décembre dernier, le citoyen des Bugnenets entend réaliser un coup à Adelboden. «Mes ambitions sont élevées, je vise un top 10», dévoile-t-il d'un ton assuré. La chaleur annoncée par les météorologistes (huit degrés) n'augure toutefois pas de conditions idéales pour le déroulement régulier de l'épreuve. «La piste n'est pas aussi parfaite qu'on pourrait l'espérer, mais les organisateurs ont fait les choses en ordre», assure Didier Cuche. «Il faudra skier avec un certain toucher, mais il faudra s'engager quand même...»

Les deux jours passés à s'entraîner à Veysonnaz le confortent dans son envie de briller sur l'une des pentes les plus exigeantes du circuit: «J'ai réussi à retrouver un peu de mon timing», se félicite-t-il. «En huit manches d'entraînement, je suis parvenu à m'approcher de mes limites. Il me manque encore quelques pour cent pour être à mon meilleur niveau. J'espère les obtenir ici.»

Didier Cuche n'est pas un homme à fuir ses responsabilités. Sur les lattes, comme en dehors. L'affaire Martin Rufener - son contrat n'a pas été renouvelé par Swiss-Ski - ne l'enchante guère. «Son départ à la fin de la saison n'est pas forcément la meilleure nouvelle de l'hiver», soupire-t-il. «Avec lui, la machine était bien huilée, on voyait que ça fonctionnait bien.» Et d'ajouter: «En 17 ans de compétition, j'ai vu passer pas mal d'entraîneurs, de dirigeants et de chefs alpin. Un peu de continuité ces dernières années a fait énormément de bien à Swiss-Ski. Martin a placé la barre très haut. J'espère que la fédération trouvera un successeur qui travaille dans la même ligne que lui.» /pad

Janka un peu dans le flou

De son côté, Carlo Janka ne se fixe pas de but précis. «Adelboden ne m'a encore jamais réussi (réd: 22e comme meilleur résultat). J'espère montrer autre chose cette année, mais il est difficile de donner un objectif de classement.»

A nouveau affaibli avant Noël par un mystérieux virus, le Grison a affirmé être rétabli. «J'ai bien fait de déclarer forfait à Bormio (réd: le 29 décembre dernier). J'ai pu me reposer et je me sens prêt à affronter un mois de janvier copieux.»

Distancé au classement général de la Coupe du monde - neuvième à 154 points du leader Walchhofer -, le tenant du titre ne s'inquiète pas: «Je reconnais que je ne suis pas aussi performant qu'il y a un an. Mais cela n'est pas si mauvais que ça. Il reste beaucoup de courses et les écarts sont faibles», a-t-il conclu. /si

A Adelboden comme ailleurs, la douceur a régné hier

Sur la piste du Chuenisbärgli, à Adelboden, dans l'Oberland bernois, qui doit voir se disputer aujourd'hui un slalom géant de la Coupe du monde, il a fait jusqu'à 9 degrés en haut et 11 degrés au bas du parcours. /ats

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Ski-alpininismeMarianne Fatton deuxième d’une épreuve de Coupe du monde en AndorreMarianne Fatton deuxième d’une épreuve de Coupe du monde en Andorre

Marianne Fatton deuxième en Andorre

La Neuchâteloise Marianne Fatton a réussi son retour en Coupe du monde de ski-alpinisme. A Arinsal (Andorrre), la...

  25.01.2020 16:40

CompétitionSki alpin: maudit, Beat Feuz termine encore au 2e rang  de la descente de KitzbühelSki alpin: maudit, Beat Feuz termine encore au 2e rang  de la descente de Kitzbühel

CompétitionSki freestyle: des médailles pour Ragettli, Gremaud et Hoefflin aux X-Games à AspenSki freestyle: des médailles pour Ragettli, Gremaud et Hoefflin aux X-Games à Aspen

PresqueSki alpin: Feuz et Caviezel dans le top 10 du super-G de KitzbühelSki alpin: Feuz et Caviezel dans le top 10 du super-G de Kitzbühel

JoliSki alpin: Joana Hählen, 3e de la descente de Bansko remportée par Mikaela ShiffrinSki alpin: Joana Hählen, 3e de la descente de Bansko remportée par Mikaela Shiffrin

Top