02.08.2015, 19:45

Novak Djokovic fait tourner les têtes

chargement
Par MELBOURNE / PIERRE SALINAS

Trois jours après avoir éliminé Roger Federer, le Serbe Novak Djokovic réussit une nouvelle démonstration en finale face à l'Ecossais Andy Murray. Certains le voient déjà No 2 mondial.

Hier matin, lorsqu'il a poussé la porte de son cinq-étoiles réfrigéré et que l'air pulsé du four australien lui a brûlé le visage, sans doute quelques pensées négatives ont-elles pollué l'esprit de Novak Djokovic (ATP 3). Le thermomètre affichait 35 degrés au réveil - il grimpera jusqu'à 40 dans l'après-midi - et le Serbe, dont les voies respiratoires sont vite obstruées, supporte mal la chaleur, cause de bon nombre d'abandons par le passé. Et une coche supplémentaire, une, dans la colonne d'Andy Murray (ATP 4), qui avait les faveurs des pronostics.

Brad Gilbert, ancien entraîneur d'André Agassi et de l'Ecossais, cinq minutes avant le début de la finale: «Leur jeu est passablement similaire, mais Murray a un petit avantage car il est le plus agressif des deux.» Brad Gilbert, peu après la fin d'un bras de fer conclu 6-4 6-2 6-3 en 2h39 par Djokovic: «Djoko remportera un autre tournoi du Grand Chelem et sera No 2 à la fin de l'année.» Patrick McEnroe, ancien capitaine de l'équipe américaine de Coupe Davis: «Il peut même viser la première place.»

La démonstration de «Nole» fait tourner les têtes. Elle est la preuve que son succès en demi-finale trois jours plus tôt face à Roger Federer était plus qu'un coup d'un soir. Djokovic, qui n'a perdu qu'un set en sept matches à Melbourne, était bien le meilleur joueur de cet Open d'Australie, dont il avait déjà levé le trophée en 2008. De là à se comparer avec Nadal et Federer, il y a un pas que le Serbe n'entend pas franchir. «Rafa et Roger restent les deux meilleurs joueurs du monde. Il n'y a pas de doute là-dessus. Point barre. Je ne pouvais mieux commencer 2011 et vais puiser beaucoup de confiance et de motivation dans ce titre. Je ne sais pas ce qui va arriver à l'avenir, mais une chose est sûre: je ne veux pas m'arrêter là.»

Djokovic a les moyens tennistiques pour être le troisième larron de la foire. Plus qu'un perfectionniste à la technique sans failles - son service, très irrégulier, est aujourd'hui une arme -, il est un athlète indestructible. «C'est le meilleur défenseur que j'ai jamais vu, sur court en dur en tout cas», insiste Jim Courier, vainqueur à Melbourne en 1992 et 1993. «Difficile de le déborder», souffle un Murray proche du dégoût.

N'allez pas chercher les raisons de ce jeu de jambes exemplaire dans les semelles «spéciales» qu'il a pris soin d'enlever avant de jeter ses chaussures dans les tribunes: Djokovic est un homme dont le talent n'empêche pas le travail. «Je ne suis pas le même joueur qu'il y a trois ans. J'ai progressé dans tous les domaines. C'est le fruit d'un dur labeur. Simplement», commente-t-il.

La différence est aussi mentale. Il y a peu, le jeune homme de 23 ans voyageait encore avec deux entraîneurs: Marjan Vajda, qu'il a conservé, et Todd Martin, que papa lui avait adjoint mais que le fiston a viré. «L'année passée, des problèmes d'ordre privé ont influé sur mon jeu», reconnaît-il. «Mais depuis juillet dernier, je parviens à faire la part des choses.» Des problèmes privés? Ceux liés à son père, Srdjan, qui a brigué en vain la présidence de la Fédération serbe de tennis, et dont le raffut n'a pas manqué de semer la zizanie au pays? Djokovic junior ne pipera mot...

Le Serbe, qui est, avec Federer (16), Nadal (9) et Hewitt (2), l'un des quatre joueurs encore en activité à avoir remporté plus d'un Grand Chelem, ne compte plus que 85 points de retard sur le Bâlois. La chasse à l'homme est lancée. «Laissez-moi d'abord prendre du repos», souffle-t-il. «Parce que depuis la finale de la Coupe Davis, je n'ai pas eu un jour pour moi.» La rançon de la gloire. Selon certains, Djokovic devra s'y habituer. /PSA

Murray, ce point d'interrogation

Quand Andy Murray succédera-t-il à Fred Perry, dernier Britannique vainqueur d'un Grand Chelem, en 1936? Lui succédera-t-il seulement un jour? Cette question qui désunit le Royaume, l'Ecossais de 23 ans n'a pas fini de l'entendre. Hier à Melbourne, Murray a perdu sa troisième finale dans un tournoi majeur pour autant d'apparitions. Pire encore. Comme en 2008 à l'US Open ou l'an passé en Australie déjà, le No 5 mondial n'a pas remporté le moindre set. Un record aussi triste que son visage et dont il se serait bien passé. Perdre contre meilleur que soi est une chose. Mais perdre sans jamais avoir été capable de jouer son meilleur tennis en est une autre beaucoup plus cruelle. Raison principale de ses deux premiers échecs, Roger Federer n'était pourtant pas sur sa route...

Certains de ses compatriotes qui l'avaient encensé hier vont le traiter de «trouillard» ou pire encore ce matin. Murray a l'habitude des variations de la presse britannique, beaucoup plus prévisibles que celles du Bâlois. Ou celles d'un Novak Djokovic souverain hier.

«Perdre en trois ou en cinq manches, ça m'est égal. J'ai perdu quand même», soupire l'Ecossais, qui n'en fait pas une maladie. «Cette défaite me fait moins mal que celle de 2010. Je ne saurai pas expliquer pourquoi, c'est comme ça. Bien sûr, c'est dur. Mais je dois vivre avec. En tout cas, ce n'est pas ça qui va m'empêcher de dormir la nuit... Comme on dit, il ne me reste plus qu'à remettre l'ouvrage sur le métier.» Murray avait bien mis trois mois pour digérer son premier revers australien. Et le deuxième? /psa

Kim Clijsters: «Après les Jeux olympiques, on verra»

Elle était classée tête de série No 3 du tournoi, devient No 2 mondial aujourd'hui mais, depuis samedi et sa victoire en finale de l'Open d'Australie, c'est bien elle le véritable No 1 du tennis féminin. En battant 3-6 6-3 6-3 la Chinoise Li Na (WTA 11), Kim Clijsters (27 ans) n'a pas seulement remporté son quatrième titre du Grand Chelem, le premier hors du territoire new-yorkais (2005, 2009 et 2010). Elle a définitivement conquis le c½ur des Australiens, qui n'ont cessé de la considérer comme une des leurs même après la rupture de ses fiançailles avec Lleyton Hewitt, et s'est vue proclamée, en l'absence de Serena Williams, patronne du circuit WTA.

Clijsters a tout pour faire une bonne ambassadrice: une vraie facilité d'élocution, un ½il taquin, un corps en caoutchouc et une grande gifle en coup droit comme en revers. Une intelligence tactique aussi, celle-là même dont Lindsay Davenport déplore l'absence chez la majorité des joueuses. Battue en puissance lors du premier set, Clijsters n'a-t-elle pas su varier son jeu pour briser le rythme de son adversaire?

La victoire de maman Clijsters, qui a remporté trois de ses quatre Grand Chelem après la naissance de Jada, sa fille, met le doigt sur un problème récurrent. Avant Caroline Wozniacki (WTA 1), Dinara Safina, balayée 6-0 6-0 par la Flamande au 1er tour, Jelena Jankovic (WTA 8) ou encore Ana Ivanovic (WTA 20), qui n'ont fait que de la figuration à Melbourne cette année, sont toutes montées sur le trône. Mais ont toutes cédé sous le poids de leur nouveau statut. Serena Williams devenue intermittente du spectacle, Clijsters est appelée à régner longtemps. A moins que...

Au début de la quinzaine, le maladroit Todd Woodbridge, un ancien spécialiste du double devenu consultant pour la télévision australienne, avait envoyé à une de ses amies ce SMS, qui est bien évidemment arrivé jusqu'aux oreilles de la principale concernée: «Je trouve que Kim a pris du poids. Elle doit être enceinte.» Clijsters a démenti sans pour autant nier son envie de nouvelle maternité. «Ce sera peut-être ma dernière saison complète sur le circuit», a-t-elle laissé entendre. Avant de préciser: «Lorsque je suis revenue sur le circuit (réd: en août 2009), l'un de mes objectifs était de participer aux Jeux olympiques. Londres 2012, c'est dans moins d'un an et demi. Je pense pouvoir tenir jusque-là. Après, on verra...» /psa

Novak la mouette

ET AUSSIE - PAR PIERRE SALINAS

La mouette de Melbourne, c'est un peu le pigeon de chez nous: elle est partout et mange tout sauf du poisson. Son bec est sale d'avoir fait les poubelles et son ventre repu d'avoir trop traîné dans les nombreux parcs de la ville, là où les «Dupont» australiens ont l'habitude d'installer leur barbecue le week-end venu. La mouette de Melbourne n'est plus une mouette: c'est un vautour qui se fait un festin avec des restes.

Ici et là, certaines voix se lèvent, qui affirment que Novak Djokovic est une mouette de Melbourne. Il aurait profité des faiblesses passagères de Rafael Nadal et Roger Federer pour enfin manger sa part du gâteau. D'autres pensent au contraire que son ascension était inéluctable et que le rapace qu'il est ne pouvait pas manquer à chaque fois sa proie. L'Open d'Australie 2011 aura eu le mérite de lancer le débat. La réponse est ouverte. Comme le bec d'une mouette de Melbourne... /psa

Open d'Australie

Melbourne. 1er tournoi du Grand Chelem (25 millions de francs/dur).

Finale du simple messieurs:
Novak Djokovic (Ser/3) bat Andy Murray (GB/5) 6-4 6-2 6-3.

Finale du double messieurs:
Bob Bryan/Mike Bryan (EU/1) battent Mahesh Bhupathi/Leander Paes (Inde/3) 6-3 6-4.

Finale du simple dames:
Kim Clijsters (Be/3) bat Li Na (Chine/11) 3-6 6-3 6-3.

Finale du double mixte:
Katarina Srebotnik/Daniel Nestor (Slo/Can/2) battent Yung-Jan Chan/Paul Hanley (Taïwan/Aus) 6-3 3-6 10/7.

Juniors,
Finale du simple garçons:

Jiri Vesely (Tch/1) bat Luke Saville (Aus) 6-0 6-3.
Finale du simple filles:

An-Sophie Mestach (Be/2) bat Monica Puig (Porto-Rico/5) 6-4 6-2.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Sold-outLa pièce de monnaie à l’effigie de Roger Federer est déjà épuiséeLa pièce de monnaie à l’effigie de Roger Federer est déjà épuisée

InsoliteRoger Federer court dans les rues de New York pour le clip promotionnel d’une start-up suisseRoger Federer court dans les rues de New York pour le clip promotionnel d’une start-up suisse

LégendeRoger Federer va figurer sur une pièce de monnaie commémorativeRoger Federer va figurer sur une pièce de monnaie commémorative

nouveau jobTennis: Roger Federer en mode entrepreneur pour une marque de baskets suissesTennis: Roger Federer en mode entrepreneur pour une marque de baskets suisses

tournéeTennis – Exhibition à Quito: une nouvelle victoire pour Roger FedererTennis – Exhibition à Quito: une nouvelle victoire pour Roger Federer

Top