02.08.2015, 18:56

NUC II et E2L veulent progresser à leur façon

chargement
Par SÉBASTIEN EGGER

Deux équipes neuchâteloises évoluent en première ligue féminine. Le NUC II souhaite emmener ses jeunes joueuses les plus haut possible. Entre-deux-Lacs, néo-promu, va tenter de sauver sa peau dans une catégorie nettement plus relevée que la précédente.

Honneur au gagnant du pemier derby de la saison, le NUC II vainqueur (3-0). La deuxième garniture universitaire veut aller le plus loin possible dans la course pour la promotion, sans nécessairement la décrocher. «Nous ne visons pas forcément la LNB, il y a déjà Val-de-Travers qui y milite», entame la capitaine Marjorie Veilleux. «Nous voulons disputer des matches de promotion, qui seront très intéressants. Cela sera très difficile face aux équipes alémaniques des autres groupes.»

Formé de très jeunes joueuses, encadrées par quelques «anciennes», le NUC II se veut avant tout un tremplin pour les espoirs. «Cela serait super que quelques joueuses puissent intégrer progressivement la ligue nationale», continue la capitaine, qui a connu les joies de l'élite avec Franches-Montagnes et le NUC II. «Il y a une sacrée différence entre la LNA et la première ligue, surtout romande. Il serait bien de permettre aux plus prometteuses d'aller en LNB à «Valtra». C'est un sujet délicat, car les clubs sont encore un peu réticents à voir partir leurs joueuses. Néanmoins, la situation s'améliore. On a compris que c'est dans l'intérêt des filles.»

Un peu comme le NUC II, l'Entre-deux-Lacs ne cherche que le plaisir et de nouvelles expériences dans sa nouvelle catégorie de jeu. «Nous avions envie de tenter notre chance en première ligue», entame le coach, Thierry Berger. «Il y a beaucoup de différence entre les deux ligues, nous voulons avant tout progresser et nous faire plaisir. Les filles ont un très bon mental et ne rechignent pas au travail.»

Les volleyeuses basées au Landeron ne sont plus toutes jeunes et ne se font pas d'illusion quant à leur progression. «Nous savons que nous n'irons pas vraiment plus haut, mais le challenge est intéressant. Nous voulons déjà nous établir quelques années en première ligue. Ensuite, on verra», sourit l'entraîneur.

L'«E2L» a entamé sa saison par quatre défaites face aux favoris du groupe. «A part lors du derby, nous n'avons jamais été loin contre les ténors. J'ai une entière confiance dans l'équipe. Le potentiel est bon, mais il faudra se surpasser pour obtenir des résultats».

Le championnat commencera réellement pour elles dimanche avec la venue de Cossonay, un autre néo-promu. De son côté, le NUC II tentera d'aller décrocher un cinquième succès en autant de rencontres, samedi en terre vaudoise face au VBC Smile. /SEG


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top