26.06.2018, 17:48

Controverse au sujet de voyages du conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis

chargement
Pascal Broulis sort tout juste d'une polémique sur sa domiciliation fiscale et ses frais de déplacement suite à un précédent article du Tages-Anzeiger.

Le groupe Ensemble à Gauche a déposé mardi au Grand Conseil une interpellation au sujet de voyages du conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis en Russie. Le PS s'interroge aussi.

Des voyages du conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis en Russie soulèvent des interrogations. Le groupe Ensemble à Gauche a déposé mardi au Grand Conseil une interpellation qui parle de "cadeaux fiscaux" et de "retour d'ascenseur".

Après le débat sur sa domiciliation fiscale, le PLR Pascal Broulis est visé par une nouvelle polémique concernant des voyages en Russie. Un article paru dans le Tages-Anzeiger et le Bund revient notamment sur un voyage effectué en 2013 par le ministre vaudois en charge des finances en compagnie de Frederik Paulsen. Ce dernier est président du groupe pharmaceutique Ferring, dont le siège est à St-Prex (VD), et consul général honoraire de Russie à Lausanne.

Dans l'article en question, Pascal Broulis souligne qu'il s'agissait de voyages privés, durant ses vacances, et qu'il les a payés de sa poche. Il n'aurait toutefois pas donné suite à la demande du journaliste de fournir des factures.

Le conseiller d'Etat n'est pas la seule personnalité politique à avoir pris part à ces voyages, selon les quotidiens alémaniques. Et de citer l'ancien président du Conseil d'Etat genevois François Longchamp (PLR) ou la conseillère aux Etats vaudoise Géraldine Savary (PS).

Cadeaux fiscaux

La nouvelle n'est pas du goût d'Ensemble à Gauche. Dans un texte déposé mardi, le groupe souhaite savoir si l'entreprise de Frederik Paulsen, ou lui-même, a "bénéficié d'exonérations fiscales de la part du canton entre 2006 et 2016".

Il tient aussi à savoir si le canton a accordé des facilités à cette entreprise et souhaiterait voir les justificatifs des voyages du ministre. Ensemble à Gauche s'interroge encore: ces voyages ne sont-ils pas de nature à violer un article pénal sur la corruption?

Paulsen scandalisé

Contacté mardi après-midi par Keystone-ATS, Pascal Broulis n'a pour l'heure pas donné suite. Une autre voix s'est toutefois exprimée, fortement, par voie de communiqué: celle de Frederik Paulsen.

L'homme se dit "scandalisé par les accusations et insinuations" qui figurent dans l'article. "Elles portent clairement atteinte à son honneur et à sa réputation", peut-on y lire.

Frederik Paulsen précise avoir participé à des voyages "entre amis" organisés par Eric Hoesli, ancien membre de la direction éditoriale de Tamedia et journaliste spécialiste de la Russie. Les participants s'y joignent à titre privé sur leur temps de vacances et "chacun s'acquitte des frais liés à l'organisation de ces voyages", défend-il.

En dernier lieu, l'homme précise qu'il s'est installé en Suisse en 2003 et que les modalités de cette installation privée et professionnelle correspondent aux prescriptions légales vaudoises et suisses. Et de glisser que c'est l'ancien conseiller d'Etat Charles Favre qui les a supervisées.

Nouvelle affaire

Pour rappel, Pascal Broulis sort tout juste d'une polémique sur sa domiciliation fiscale et ses frais de déplacement suite à un précédent article du Tages-Anzeiger. Après plusieurs semaines d'enquêtes et de tension, le Conseil d'Etat avait annoncé que le ministre des Finances n'avait pas recherché l'optimisation fiscale et n'avait pas bénéficié d'un traitement de faveur. Un expert préconisait toutefois des réformes.

 

A lire aussi : Vaud: le ministre des finances Pascal Broulis a été taxé dans le respect des règles

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PolémiqueVaud: les impôts de Pascal Broulis feront l'objet d'une expertise indépendanteVaud: les impôts de Pascal Broulis feront l'objet d'une expertise indépendante

Top