02.08.2015, 19:43

La contamination à la dioxine pourrait être criminelle

chargement

Le scandale de la dioxine s'étend encore en Allemagne, où quelque 4700 fermes et exploitations étaient fermées hier en raison d'un risque de contamination. Berlin soupçonne une origine «criminelle» à l'affaire.

Près de 4800 fermes et exploitations agroalimentaires, sur environ 375 000 dans le pays ont été fermées par précaution dans huit Etats régionaux sur seize, a annoncé hier le Ministère de l'agriculture. L'écrasante majorité des entreprises touchées sont en Basse-Saxe, où a été livré en novembre et décembre l'essentiel des graisses alimentaires contaminées du groupe Harles und Jentzsch, à l'origine du scandale.

La mesure concerne surtout l'élevage porcin, mais aussi des entreprises laitières, jusqu'à ce que soit prouvée l'absence de contamination dans leurs produits. Au vu des indices disponibles, le Ministère soupçonne «une haute dose d'agissements criminels», a déclaré un porte-parole. Une enquête judiciaire est en cours contre Harles und Jentzsch.

La cause de la contamination est toujours inconnue. Certains excluent une simple erreur de manipulation. «Dans de telles quantités, cela ne peut pas être une erreur», a dit un responsable des autorités de Basse-Saxe, Konrad Scholz. Harles und Jentzch, basé à Uetersen, a livré quelque 3000 tonnes de graisses contaminées à une vingtaine de fabricants d'aliments pour animaux. Des analyses de laboratoire ont confirmé une contamination à la dioxine, avec par endroits des taux dix fois supérieurs à la norme, des graisses alimentaires fabriquées par Harles und Jentzsch, qui produit également des graisses destinées à l'industrie.

Jusqu'à 150 000 tonnes d'aliments pour animaux ont pu être contaminées à la dioxine, d'après Berlin. Ce résidu de combustion industrielle ou naturelle peut, à haute dose, provoquer le cancer. La contamination d'œufs avait déjà été prouvée, et 100 000 œufs ont été détruits en début de semaine en Basse-Saxe. Depuis, la traque aux œufs contaminés s'est étendue aux Pays-Bas, où 136 000 œufs suspects ont été saisis, et à la Grande-Bretagne.

Selon le quotidien «Hannoversche Allgemeine Zeitung», Harles und Jentzsch était au courant depuis mars d'une contamination de ses produits. Une analyse avait révélé un taux de dioxine plus de deux fois supérieur à la norme, mais ces résultats n'ont pas été communiqués aux autorités compétentes avant décembre, selon le journal.

Les œufs importés d'Allemagne et susceptibles d'avoir été contaminés à la dioxine ont servi à la fabrication de gâteaux et de quiches vendus en grandes surfaces au Royaume Uni, a annoncé hier l'Agence britannique de la sécurité alimentaire (FSA). Celle-ci a toutefois réaffirmé qu'il «n'y avait pas de risque pour la Santé des consommateurs», les œufs ayant été mélangés à des œufs sains, ce qui «a dilué les niveaux de dioxine». Or «il n'y a de risque pour la santé que lorsqu'on consomme de la nourriture comportant des niveaux élevés de dioxine pendant une longue période», assure-t-elle. /ats-afp

La Suisse reste pour l'heure épargnée

Alors que le scandale de la dioxine se poursuit en Allemagne, en Angleterre et aux Pays-Bas avec la saisie de denrées et la menace de fermetures d'exploitations, la Suisse reste pour l'instant épargnée. Aucune marchandise contaminée n'y a encore été détectée, a indiqué hier l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Roland Charrière, directeur suppléant de l'OFSP, s'est montré rassurant hier sur les ondes de la RSR. «En Suisse, chaque livraison qui passe la frontière est enregistrée dans le système de l'administration fédérale des douanes», a-t-il déclaré. Ce système permet de savoir «quelles sont les entreprises importatrices en Suisse et quel est le type de produits importés», a-t-il expliqué. Jusqu'à présent, tous les échantillons prélevés chez les grands détaillants se sont révélés négatifs, ont indiqué ces derniers. Aucun produit à teneur augmentée en dioxine n'est parvenu à la vente chez Aldi, Lidl et les grands distributeurs Migros et Coop.

Les œufs bio proviennent pour la plupart d'exploitations suisses, mais des œufs importés se trouvent également sur les rayons des supermarchés et viennent en partie d'élevages au sol en Allemagne. Coop et Migros reçoivent en outre de l'étranger une préparation à base d'œufs pour l'élaboration de pâtisseries ou de pâtes alimentaires.

Trois fournisseurs livrent cette préparation à Coop. Ils ont tous certifié par écrit que la marchandise qu'ils lui livrent n'était pas touchée, a fait savoir le distributeur. Pour l'instant, aucune baisse de la demande n'est perceptible. /ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

SANTÉLe PS vise la classe moyenneLe PS vise la classe moyenne

Le PS vise la classe moyenne

Le peuple se prononcera sur le plafonnement des primes maladie à 10% du revenu.

  24.01.2020 00:01
Premium

VAUDCrash fatal à deux Fribourgeois près de VeveyCrash fatal à deux Fribourgeois près de Vevey

décaléWEF 2020: Davos voit des socialistes partout, et autres choses à retenir de cette 3e journéeWEF 2020: Davos voit des socialistes partout, et autres choses à retenir de cette 3e journée

EnvironnementOppositions au Creux-du-Van: Neuchâtel et Vaud ont tranchéOppositions au Creux-du-Van: Neuchâtel et Vaud ont tranché

Possible voteDépôt des signatures contre le congé paternité de deux semainesDépôt des signatures contre le congé paternité de deux semaines

Top