27.06.2016, 14:27

Syrie: LafargeHolcim va examiner les faits concernant son usine

chargement
LafargeHolcim compte enquêter sur son usine en Syrie.

CIMENT Peu après s'être fait accusé d'avoir procéder à des arrangements douteux avec des groupes armés en Syrie, le groupe suisse réagit. Il met en place des procédures d'enquête.

LafargeHolcim "va examiner les faits" concernant son usine en Syrie. Le numéro un mondial du ciment s'est vu accuser la semaine dernière dans la presse d'avoir procédé à des "arrangements troubles" avec des groupes armés, dont le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Le groupe, issu de la fusion en juillet 2015 du français Lafarge avec le saint-gallois Holcim, a immédiatement mis en place les procédures appropriées pour examiner les faits avancés sous le contrôle de son comité de finances et d'audit, a-t-il indiqué lundi dans un communiqué.

Il a au passage souligné que l'usine de Lafarge, située à Jalabiyeh, 150 kilomètres au nord-est d'Alep, avait été évacuée en septembre 2014, et que le groupe avait depuis écarté tout projet de redémarrage.

 

Dans un article publié la semaine dernière, le journal français Le Monde avait fait valoir que Lafarge avait tenté de faire fonctionner "coûte que coûte" cette usine en 2013 et 2014.

Le groupe EI avait progressivement pris "le contrôle des villes et des routes environnant l'usine de Lafarge" à partir du printemps 2013, selon le quotidien.

Lafarge avait maintenu son activité "au prix d'arrangements troubles et inavouables avec les groupes armés environnants, dont l'organisation Etat islamique", a affirmé Le Monde, citant à l'appui des courriels envoyés par la direction de Lafarge en Syrie, et publiés en partie par le site syrien proche de l'opposition Zaman Al-Wasl.

Pour garantir l'accès des ouvriers et des marchandises, Lafarge aurait entre autres cherché à "obtenir des autorisations de l'EI pour laisser passer les employés aux checkpoints".

Le groupe, sans s'exprimer directement sur les allégations d'arrangements avec l'EI, avait immédiatement réagi, expliquant que la priorité absolue de Lafarge avait toujours été d'assurer la sécurité de son personnel.

Dès septembre 2014, l'ensemble des collaborateurs avait été évacués, mis en congés payés et l'accès à l'usine leur avait été interdit, avait précisé LafargeHolcim.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

polémiqueCiment: Lafarge accusé d'arrangements avec l'EI en Syrie, selon la presseCiment: Lafarge accusé d'arrangements avec l'EI en Syrie, selon la presse

BÂTIMENTLafargeHolcim, un colosse du ciment aux pieds d’argileLafargeHolcim, un colosse du ciment aux pieds d’argile

CimentLafargeHolcim: le Suisse Beat Hess devrait remplacer Wolfgang Reitzle, qui quitte la coprésidenceLafargeHolcim: le Suisse Beat Hess devrait remplacer Wolfgang Reitzle, qui quitte la coprésidence

Top