Coupe du monde 2018 en Russie
 11.07.2018, 21:18

Coupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand même

chargement
Coupe du monde 2018: les anecdotes et petites histoires juste pour vous!

 11.07.2018, 21:18 Coupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand même

Décalé Les anecdotes, les petites histoires de ces journées de la Coupe du monde de football en Russie, c'est par ici que ça se passe.

Pas fan

Si la France est descendue dans la rue pour fêter la victoire face à la Belgique, la performance des Bleus a laissé les Russes de marbre. Notamment pour le quotidien sportif Sport Express. "C'est impossible de regarder un football pareil", titre ainsi le journal, estimant que pour prendre du plaisir en regardant la France jouer, il faut soit "être un geek tactique, soit aimer sincèrement la France". "Le match entre la France et la Belgique est la plus grande déception du Mondial", poursuit le journaliste, qui en veut à Didier Deschamps: "Pourquoi sélectionner de tels footballeurs si votre tactique consiste à brider leurs capacités et les transformer en petits soldats?"

 

 

Supporters no 1

A Glasgow, comme à Edimbourg, difficile de trouver un maillot de... la Croatie. L'équipe au damier, adversaire de l'Angleterre en demi-finale de la Coupe du monde, a trouvé un soutien inattendu de l'autre côté du mur d'Hadrien. Les Ecossais ont en effet fait une razzia sur les maillots blanc et rouge pour afficher leur mépris à leur meilleur ennemi voisin. Selon The Evening Times, l'équipementier Nike a expliqué être "inondé de commandes" venues d'Ecosse.

 

 

Henry: "Dis leur qu'ils la ramènent"

On a beaucoup glosé sur la présence sur le banc belge de Thierry Henry, adjoint du sélectionneur des Diables rouges. Après la victoire de la France en demi-finale, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus a confié un petit mot à la journaliste de TF1 Sylvaine Mignogna, qui travaille depuis 35 ans pour l'émission Téléfoot et a twitté l'anecdote: "Dis-leur (aux Bleus) qu'ils la ramènent dimanche" à propos de la Coupe du monde.

 

 

 

Umtiti, "il est beau, il est riche"

Le latéral gauche remplaçant Benjamin Mendy est connu pour être "l'ambianceur" du vestiaire de l'équipe de France. Il a remis ça pour fêter le héros de la soirée mardi, le buteur Samuel Umtiti. "Je vais vous présenter un mec que vous connaissez déjà. Il est beau, il court vite, il a marqué, il est mignon, il est riche", a-t-il ainsi plaisanté sur les réseaux.

 

 

 

Reçu 6 sur 6

Maillot bleu, short blanc, chaussettes bleues contre l'Australie. Maillot bleu, short et chaussettes rouges devant le Pérou. Maillot et chaussettes blanches, short bleu face au Danemark. Maillot bleu, short blanc, chaussettes rouges contre l'Argentine. Tout en blanc face à l'Uruguay et tout en bleu contre la Belgique. Jusqu'à présent, les Bleus ont joué six matches et arboré six tenues différentes en Russie. Et dimanche?

 

ATS

À lire aussi...

live
Coupe du monde 2018Coupe du monde 2018: au bout du suspense, la Croatie renverse la vapeur et se hisse en finaleCoupe du monde 2018: au bout du suspense, la Croatie renverse la vapeur et se hisse en finale

FootballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète footballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète football

live
Coupe du monde 2018Coupe du monde 2018: La France s'impose face à la Belgique et se hisse en finaleCoupe du monde 2018: La France s'impose face à la Belgique et se hisse en finale

live
FootballCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 10 juilletCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 10 juillet

live
footballCoupe du monde 2018: revivez ici la journée du 12 juilletCoupe du monde 2018: revivez ici la journée du 12 juillet

DécaléCoupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand mêmeCoupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand même

FootballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète footballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète football

Top