Coupe du monde 2018 en Russie
 28.06.2018, 11:51

Coupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète football

chargement
La planète football vue du cyberespace.

Football Perçue depuis le cyberespace, la planète foot révèle des pépites que nous sélectionnons chaque jour durant cette Coupe du monde 2018. Ce jeudi sur la Toile, on apprend qu'un joueur allemand s'est accroché avec des supporters, qu'une compagnie aérienne mexicaine remercie la Corée du Sud ou que la sœur de Neymar a trop violemment célébré un but de son frère.

La Coupe du monde 2018 bat son plein sur le terrain, mais aussi sur les réseaux sociaux avec son lot d'images décalées et insolites sur l'événement sportif le plus suivi de la planète.

L'Allemagne perd son titre, Özil perd le contrôle

C'était le coup de tonnerre de la journée de mercredi: battue par la Corée du Sud, l'Allemagne, championne du monde en titre, a été éliminée. Cette défaite a un goût amer pour les supporters allemands, qui cherchent des coupables au sein de la Mannschaft. Mesut Özil a notamment été pris à partie par des fans alors qu'il quittait le terrain après le match. Des attaques que le joueur n'a pas appréciées et auxquelles il a furieusement répondu, avant qu'un membre du staff n'intervienne. 

 

 

L'élimination de l'Allemagne a évidemment occupé une place importante sur les réseaux sociaux, entre stupéfaction et touches d'humour.

 

 

 

 

Quand les Mexicains remercient les Coréens

Si elle a surpris de nombreux fans et internautes, la défaite de l'Allemagne a aussi fait des heureux. C'est le cas du Mexique, bien sûr, qui, bien qu'ayant perdu face à la Suède, a été qualifié pour les huitièmes de finale grâce à la mauvaise prestation de la Mannschaft. 

Et les Mexicains sont particulièrement reconnaissants envers la Corée du Sud, bourreau de l'Allemagne. Si bien que la compagnie aérienne Aeroméxico a décidé de baisse le prix de ses vols pour Séoul. «On t’aime la Corée! Nos vols Mexique-Corée bénéficient de 20% de réduction #MerciLaCorée», a-t-elle annoncé sur Twitter. 

 

 

Les supporters mexicains ont eux aussi montré leur gratitude, notamment en portant en triomphe des Coréens devant l'ambassade de la Corée du Sud à Mexico. 

 

 

La sœur de Neymar se blesse de joie

Le but de Neymar face au Costa Rica vendredi soir a rempli de joie le Brésil tout entier. Mais celle qui a célébré ce goal le plus intensément, c'est probablement la sœur du joueur, Rafaella Santos. La jeune femme a partagé une photo d'elle sur les réseaux sociaux avec le bras en écharpe.

 

 

Selon SportTV, Rafaella Santos a célébré avec tant d'enthousiasme la réussite de son frère qu'elle s'est cognée contre une amie et s'est déboîté une épaule.

 

Une photo fake de Messi fait le buzz

Depuis mardi, un cliché de Lionel Messi fait le buzz sur les réseaux sociaux. Et pour cause: on y voit l'Argentin subir un marquage particulièrement serré de quatre joueurs nigérians. Une scène qui a halluciné les internautes et qui n'est pas sans rappeler une autre image prise lors de la Copa America 2016, sur laquelle le quintuple Ballon d'or était entouré de neuf joueurs chiliens.

 

 

 

 

Or, il s'avère que la photo est un montage, ce qui est assez visible une fois qu'on le sait. En réalité, Messi n'était marqué «que» par deux joueurs africains, Ahmed Musa et Oghenekaro Etebo, rapporte le site sportif d'Europe 1

 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

live
FootballCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 28 juinCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 28 juin

live
Coupe du monde 2018Coupe du monde 2018: la Suisse obtient le match nul et se qualifie pour les huitèmes de finaleCoupe du monde 2018: la Suisse obtient le match nul et se qualifie pour les huitèmes de finale

Réseaux sociauxCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète footballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète football

Top