Coupe du monde 2018 en Russie
 23.06.2018, 09:47

Coupe du monde 2018: la presse romande élogieuse envers la Suisse de Shaqiri

chargement
La Nati et Shaqiri (au centre) sont salués par la presse.

Football Les journaux romands s'extasient sur la performance de Shaqiri et de la Nati après la victoire contre la Serbie. Ils reviennent aussi sur les célébrations de Xhaka et Shaqiri après leur but, qui pourraient susciter la polémique.

La presse romande a salué la force de caractère de l'équipe de Suisse, au lendemain de son succès contre la Serbie à la Coupe du monde (2-1). Un match qui a valu à son héros, Xherdan Shaqiri, tous les éloges.

"Xherdan Shaqiri fait chavirer la Suisse", titre ainsi en première page la Tribune de Genève. Le quotidien genevois, tout comme son homologue vaudois 24 Heures, attribue une note de 8 - la meilleure de la rencontre - au Bâlois, auteur du 2-1 victorieux dans les arrêts de jeu.

 

"Il a bossé sans relâche, cherché des déséquilibres, pris mille initiatives. Jusqu'à cette action de rupture sur laquelle il a résisté avant de faire parler sa finesse. La classe", écrivent les journaux lémaniques à propos de l'attaquant de Stoke.

"Mais qui peut encore douter? Qui ose croire que Xherdan Shaqiri n’est pas un footballeur d’exception?", se demande également le Journal du Jura, qui reprend la dépêche de l'agence Keystone-ATS.

Dans le sillage de Xherdan Shaqiri, c'est toute l'équipe de Suisse qui a été louée pour son caractère, elle qui a souffert en première mi-temps, avant de renverser la situation après la pause. "La preuve que cette équipe de Suisse, portée par des résultats exceptionnels depuis deux ans (une défaite lors des 24 derniers matches désormais) s'appuie, en plus d'un banc, sur une force de caractère remarquable", écrit l'envoyé spécial de La Liberté, dans un article paru également dans Arcinfo et le Nouvelliste.

 

"Du coeur, des tripes et du talent", résume Le Matin, avant de rappeler le chemin parcouru depuis la prise de pouvoir du sélectionneur Vladimir Petkovic. "Là où, il n'y a pas si longtemps encore (allô Ottmar Hitzfeld?), elle aurait été tentée de s'accrocher à ce qui n'aurait pas été un mauvais point, l'équipe n'a pas reculé. Mieux, elle a continué d'avancer, sûre de sa force, confiante en son destin. Et comme la chance sourit aux audacieux... l'extase ultime est tombée", se réjouit le quotidien orange.

 

Célébration polémique

Seule ombre au tableau, la plupart des journalistes disent regretter la célébration "polémique" de Xherdan Shaqiri et Granit Xhaka, eux qui ont imité l'aigle albanais après leur but. Une "célébration qui fera forcément parler d'elle dans les jours à venir", estime Le Matin.

Les quotidiens romands relèvent également que si la Suisse semble avoir fait le plus dur, il reste désormais à valider la qualification pour les 8es de finale, mercredi contre le Costa Rica. Un match nul suffirait, ou même une défaite si la Serbie devait s'incliner dans le même temps contre le Brésil.

Pour Le Temps, la Suisse a toutefois "tout intérêt à s'immuniser contre la glorieuse incertitude du sport en empoignant son dernier match avec ambition. Même si l'ambiance sera forcément moins explosive."

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FootballCoupe du monde 2018: Xherdan Shaqiri buteur providentiel sur fond de polémiqueCoupe du monde 2018: Xherdan Shaqiri buteur providentiel sur fond de polémique

live
FootballCoupe du monde 2018 : revivez avec nous la journée du 23 juinCoupe du monde 2018 : revivez avec nous la journée du 23 juin

live
FootballCoupe du monde 2018 : revivez avec nous la journée du 22 juinCoupe du monde 2018 : revivez avec nous la journée du 22 juin

live
Coupe du monde 2018Coupe du monde 2018: la Suisse s'impose sur le fil face à la Serbie et prend une sérieuse option pour les huitèmes de finaleCoupe du monde 2018: la Suisse s'impose sur le fil face à la Serbie et prend une sérieuse option pour les huitèmes de finale

DécaléCoupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand mêmeCoupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand même

Top