Eclairage
 25.02.2019, 17:00

Eclairage: «Netflix à la rescousse du cinéma d’auteur?»

chargement
"Roma", le film du Mexicain Alfonso Cuarón, financé par Netflix, a reçu trois Oscars dimanche à Los Angeles.

Société Nos journalistes mettent en perspective des sujets d’actualité régionale, sportive, nationale ou internationale avec des analyses ou des éclairages. Aujourd’hui, Daniel Droz évoque Netflix et le financement du cinéma.

L’avenir du cinéma d’auteur passe-t-il par les plateformes de diffusion en ligne, telles Netflix ou Amazon? La question taraude le monde du 7e Art depuis de nombreux mois. Le palmarès des Oscars, décernés dimanche soir à Los Angeles, esquisse un semblant de réponse.

«Roma», le film d’Alfonso Cuarón, repart avec trois statuettes. Ces récompenses s’ajoutent à celle obtenues à la dernière Mostra de Venise – le Lion d’or – et quatre Baftas, l’équivalent britannique des Oscars.

Quoi de neuf? Alors que les studios traditionnels avaient refusé de le financer, le Mexicain a trouvé l’argent nécessaire chez Netflix. La donne modifie notamment la chronologie de diffusion du film. La plateforme privilégie ses abonnés, quelque 150’000 millions à travers le monde, dont environ 600’000 en Suisse.

Avec «Roma», Netflix a cependant fait une entorse à sa règle de base. La société a sélectionné 600 salles, dont un cinéma indépendant à Genève, pour le monde francophone et plusieurs aux Etats-Unis, afin de projeter le film en avant-première sur grand écran.

 

Avec «Roma», Netflix a fait une entorse à sa règle de base.

L’objectif? Concourir aux Oscars, puisqu’un film diffusé en salle outre-Atlantique avant le 31 décembre est éligible. Parallèlement, Netflix a dépensé une trentaine de millions de francs dans la campagne de lobbying pour cet événement. Le film, soit dit en passant, en a coûté quinze.

En parallèle à une diffusion acceptable au cinéma, les films qui ne nécessitent pas un financement supérieur à 100 millions de francs pourraient ainsi trouver une planche de salut chez les plateformes de diffusion. Ils serviraient à nourrir ces dernières tandis que les blockbusters, productions à gros budget publicitaire destinées à engranger des profits substantiels, squatteraient les écrans des salles obscures.

Ce scénario se heurte encore à des vives réticences, en France notamment. «Roma» ne faisait même pas partie des nominés aux Césars. Il n’a pas davantage pu concourir lors du Festival de Cannes en 2018: ses organisateurs refusent toute œuvre qui n’est pas diffusée d’abord en salle.

En Suisse, la Confédération ne s’y trompe pas. Elle demande que les plateformes de diffusion participent au financement des productions helvétiques à hauteur de 4% de leurs revenus générés dans notre pays. Une piste à concrétiser.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

RécompensesCinéma: le palmarès complet de la 90e cérémonie des OscarsCinéma: le palmarès complet de la 90e cérémonie des Oscars

CINEMAMostra de Venise: le Lion d'or attribué à "Roma" d'Alfonso CuarónMostra de Venise: le Lion d'or attribué à "Roma" d'Alfonso Cuarón

StreamingStreaming: la Confédération veut que Netflix investisse dans les films et séries suissesStreaming: la Confédération veut que Netflix investisse dans les films et séries suisses

StreamingStreaming: s’abonner à Netflix en Suisse coûte 35% plus cher qu’ailleursStreaming: s’abonner à Netflix en Suisse coûte 35% plus cher qu’ailleurs

Netflix coûte 35% plus cher en Suisse

Selon une étude britannique, l’accès à la plateforme Netflix n’a pas le même prix à travers le monde. L'abonnement...

  27.11.2018 14:29

AllianceTélévision: France TV, TF1 et M6 lancent une offre à 5 euros par mois pour contrer l'ogre NetflixTélévision: France TV, TF1 et M6 lancent une offre à 5 euros par mois pour contrer l'ogre Netflix

Top