Elections fédérales 2019
 19.08.2019, 19:02

Le socialiste biennois Hans Stöckli en lice pour un troisième mandat

chargement
A 67 ans, le Biennois Hans Stöckli vit peut-être sa dernière campagne électorale.

Elections fédérales Quinze candidats, six femmes et neuf hommes, briguent un des deux sièges bernois au Conseil des Etats. Lutte intense à droite pour le second fauteuil.

Conseiller aux Etats du canton de Berne depuis huit ans, le socialiste Hans Stöckli devrait, sauf surprise, conserver son siège à la Chambre des cantons. Ou, comme on le dit en allemand, au «Stöckli»… L’ancien maire de Bienne, âgé aujourd’hui de 67 ans, bénéficiera de la prime généralement accordée au sortant. En plus, au fil des ans, il a acquis une réputation, sinon de vieux sage, du moins de politicien pragmatique et très au fait des rouages de l’administration et de la politique fédérales.

Incertitude à droite

En revanche, l’incertitude règne à droite. Si, comme lors des deux dernières élections, le bloc bourgeois ne parvient pas à faire échec au candidat socialiste, il restera du beau monde sur le carreau. En 2015, l’Oberlandais Werner Luginbühl, ancien membre du gouvernement cantonal, ex-UDC devenu PBD (Parti bourgeois démocratique) était parvenu à damer le pion à son ancienne formation, battant de près de 15’000 voix Albert Rösti, qui n’avait pas encore accédé à la présidence nationale du parti. Quatre ans auparavant, c’était un autre ténor tendance droite dure, Adrian Amstutz, qui avait mordu la poussière.

Une seule carte

Mais cette année, la donne change. Luginbühl tire sa révérence et le PBD n’a plus beaucoup de forces vives. Une seule, et c’est sur elle qu’il mise: la directrice des finances cantonales, la Seelandaise Beatrice Simon. Mais elle devra surveiller ses adversaires tant sur sa droite (avec le conseiller national UDC Werner Salzmann), que légèrement sur sa gauche (avec la libérale-radicale Christa Markwalder, elle aussi conseillère nationale).

Majoritaire à deux tours

Hormis ces trois personnalités, on voit mal qui pourrait se mêler à la lutte pour un des deux fauteuils. On suivra quand même avec intérêt, dans le contexte planétaire actuel, le résultat de deux autres femmes: la présidente des Verts Regula Rytz et la candidate des Vert’libéraux Kathrin Bertschy. Les neuf autres (ils sont 15 en tout) joueront les faire-valoir. Certains seraient déjà tout contents d’atteindre les 3% des suffrages valables au premier tour (le 20 octobre). Condition sine qua non pour participer à un éventuel second tour de ce scrutin de type majoritaire.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...


Top