Elections fédérales 2019
 16.04.2019, 17:00

Une femme et trois hommes sur les listes du PDC neuchâtelois

chargement
L'avocate chaux-de-fonnière Nathalie Schallenberger sera la tête de liste du PDC neuchâtelois dans la course au Conseil national et des Etats.

Élections fédérales Le Parti démocrate-chrétien neuchâtelois, apparenté aux vert’libéraux, mais pas au Parti libéral-radical, s’émancipe et vise le quatrième siège neuchâtelois au Conseil national.

Le Parti démocrate-chrétien (PDC) neuchâtelois s’émancipe. Pour les élections fédérales d’octobre prochain, sans surprise, son assemblée générale a décidé à l’unanimité, moins une abstention, de conclure un apparentement avec les vert’libéraux. Contrairement aux derniers scrutins, il ne s’alliera donc pas avec le Parti libéral-radical.

Le PDC, qui se veut «la véritable force du centre», convoite le quatrième siège neuchâtelois au Conseil national, aujourd’hui détenu par l’UDC. «Nous pouvons nourrir l’espoir d’atteindre le chiffre nécessaire», dit Freddy Rumo, responsable de la communication de la formation. Il y a quatre ans, le PDC s’était imposé comme le plus fort des petits partis, avec 3,7% des voix. «Un peu mieux que les vert’libéraux», commente Freddy Rumo. «Mais c’est insuffisant. Il faut que nous doublions notre score.»

Une femme, trois hommes

Pour y parvenir, le PDC mise sur quatre personnalités. L’avocate chaux-de-fonnière Nathalie Schallenberger sera tête de liste tant pour les Etats que pour le National. Elle s’appuie sur son expérience de quatre ans comme conseillère communale à La Chaux-de-Fonds, alors sous l’étiquette des Verts.

Dans la course aux Etats, elle sera accompagnée du médecin-dentiste Laurent Suter, conseiller général à La Tène, qui siège également au Grand Conseil depuis 2013. Pour l’élection au National, elle fait liste commune avec Jan Homberger, responsable de l’antenne neuchâteloise de l’entreprise de construction Implenia et aussi membre du législatif de La Tène. Joseph Mucaria complète le trio. L’ex-voyer chef de La Chaux-de-Fonds est un néophyte en politique. Mais aux yeux du PDC, sa connaissance des rouages de l’administration est un atout.

Part belle à l’environnement

Le programme du parti fait notamment la part belle à l’environnement. Laurent Suter se targue de son implication dans l’abandon du projet de central à gaz à Cornaux. Au Grand Conseil, il est à l’origine d’un moratoire sur la prospection du gaz de schiste, qui a conduit à une loi dans ce sens. «L’écologie est l’affaire de toutes et tous», renchérit Nathalie Schallenberger.

L’environnement n’est qu’un domaine de prédilection des candidats, au même titre que la santé et la famille. Et le mariage? Récemment invalidée par le Tribunal fédéral, la votation sur l’initiative du PDC concernant l’imposition des couples mariés incluait l’inscription dans la Constitution fédérale d’une définition du mariage comme celui d’un homme et d’une femme.

«Une définition malheureuse, qui excluait l’homosexualité. On pourrait la corriger, afin d’éliminer l’anomalie qui frappe plus de 800’000 couples en matière de fiscalité», indique Freddy Rumo.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PolitiqueVert’libéraux et PDC à l’assaut du siège UDC au Conseil nationalVert’libéraux et PDC à l’assaut du siège UDC au Conseil national

PolitiqueFédérales: Les Vert'libéraux en solo, sans le PLRFédérales: Les Vert'libéraux en solo, sans le PLR

Top