L'industrie 4.0 à Neuchâtel
 12.02.2019, 05:30

Débat à l’Université de Neuchâtel: comment la technique change le travail

chargement
Airbnb et les plateformes de service: quel impact sur le travail?

Economie numérique Robots, machines auto-apprenantes… Quel est l’effet des technologies sur les relations entre employés et employeurs? L’Université de Neuchâtel rassemble des spécialistes pour en débattre ce mercredi.

La robotisation, l’intelligence artificielle… Les nouvelles technologies modifient nos habitudes: réserver un hôtel, appeler un taxi, choisir un resto… Mais qu’en est-il de notre manière de travailler?

Philip Balsiger est professeur de sociologie et s’intéresse à l’économie numérique. Il évoquera l’économie de plateforme lors d’un prochain café scientifique à l’Unversité de Neuchâtel (Unine). Ce modèle d’affaires est basé sur des sites web mettant en relation offre et demande de service, comme l’hébergement (Airbnb) ou le transport en voiture privée (Uber).

A lire aussi : Notre lexique de l’industrie 4.0 et de l’économie numérique

Travailleurs «indépendants»

Ces sites web ont déjà changé le travail dans certains secteurs: «Au début, ces sites mettaient en relation des utilisateurs avec des particuliers», explique Philip Balsiger. Aujourd’hui, on peut encore aller dormir par terre dans le salon d’un inconnu, ou monter dans une voiture privée pour faire un trajet bon marché. Mais pour le chercheur, «l’aspect novateur de l’économie du partage s’efface souvent devant ce qui est en fait un modèle commercial.» 

Ce modèle repose sur des travailleurs «indépendants», que des consommateurs peuvent choisir librement d’embaucher. Si cette nouvelle manière de travailler rebat les cartes dans un secteur, le sociologue note que «les acteurs sont souvent, partiellement au moins, les mêmes qu’auparavant.

Mais leur cadre de travail, lui, a changé». Une évolution qui n’est pas l’exclusivité de géants américains: nettoyage, livraison rapide… De nombreux secteurs sont concernés, y compris au niveau local. Auparavant salariés, les travailleurs deviennent indépendants, avec une tendance à être payés à la tâche, sans protection sociale ou droit aux vacances.

En savoir plus: Faut-il taxer les robots?

Alternatives locales

Le rapport de travail salarié n’est pas le seul aspect touché. Philip Balsiger met en évidence le système d’évaluation des prestations présent sur ces sites: «Un prestataire dont les notes sont mauvaises peut être rendu invisible, de sorte que son offre ne sera vue par personne. Souvent, ces mécanismes sont automatiques, réalisés par des algorithmes. Si le travailleur s’estime traité injustement, il ne peut se retourner vers personne.»

Le sociologue, qui s’intéresse aussi aux aspects moraux des marchés, note que des tentatives de dépasser les problèmes de l’économie de plateforme existent. Par exemple, par la création d’alternatives locales: en Valais, la nouvelle plateforme «booking-valais» tente de reprendre la main sur les géants américains. A la clé, les commissions versées à ces sites pour les réservations seraient conservées à l’échelle locale. De même que les données des utlisateurs.

 

Le café scientifique de l’Université de Neuchâtel

Comment la technologie influence-t-elle les rapports de travail? Quatre spécialistes de différentes disciplines en débattront mercredi lors du Café scientifique. Daniela Cerqui est anthropologue des techniques à l’institut des sciences sociales (Université de Lausanne). Philip Balsiger, professeur à l’institut de sociologie (Unine), est spécialiste de l’économie numérique. Adrian Bangerter est professeur à l’institut de psychologie du travail et des organisations (Unine).

Enfin, Jacques Savoy est professeur à l’institut d’informatique (Unine), spécialiste du «machine learning». La modération du débat sera assurée par le prof. Francisco Klauser (Institut de géographie, Unine).

Université de Neuchâtel, bâtiment principal, Premier-Mars 26, Neuchâtel, cafétéria, mercredi 13 février, 18 heures. 

En savoir plus : Le site web de l'Unine


À lire aussi...

InnovationCaroline Heid, présidente de Microcity: «Notre force, c’est de travailler ensemble»Caroline Heid, présidente de Microcity: «Notre force, c’est de travailler ensemble»

Economie numériquePourquoi Neuchâtel attire les pros des cryptomonnaiesPourquoi Neuchâtel attire les pros des cryptomonnaies

SolutionsAide aux entreprises: où va le canton de Neuchâtel?Aide aux entreprises: où va le canton de Neuchâtel?

Top