Les Médias
 10.10.2019, 05:31

Production d’un journal: après la rédaction, l’impression

chargement
1/2  

Médias Une dizaine de journaux sont imprimés dans le nouveau Centre d’impression romand basé à Monthey, dont «ArcInfo». C’est la dernière étape de production d’un journal qui met à contribution quelque 25 employés.

Depuis le début de l’année, l’intégralité des titres du groupe ESH Médias – dont font partie «ArcInfo», «Le Nouvelliste» et «La Côte» – est imprimée au Centre d’impression romand (CIR). Au cœur de cette cathédrale de 6000 mètres carrés, trônent notamment deux rotatives de 600 tonnes capables de produire 90’000 journaux à l’heure, selon les besoins.

Quelque 21 millions de francs ont été alloués à la réalisation et à l’équipement de cet ouvrage. «Cet investissement permet de proposer à tous les éditeurs romands un outil de production très performant à des prix compétitifs et donc de retrouver une situation concurrentielle saine sur le marché de l’impression romand», explique Stéphane Estival, directeur général de ESH Médias. «En effet, avant que le CIR ne sorte de terre, seul le centre d’impression de Bussigny (VD), propriété du groupe Tamedia, offrait une possibilité d’externalisation aux titres romands». 

Au total, une dizaine journaux sont imprimés à Monthey, à commencer par les titres du groupe («ArcInfo», «Le Nouvelliste», «ArcHebdo», «La Côte», «La Côte Hebdo», «Le Journal de Cossonay», «Le Journal de Sierre» et «La Gazette de Martigny»). ESH Médias ne cache pas son ambition d’en attirer d’autres. «Toutes les publications romandes sont les bienvenues», glisse Stéphane Estival.  

Aujourd’hui, entre les murs du CIR, 25 personnes s’activent pour noircir et imprimer des millions de pages. Ils sont le dernier maillon de la chaîne. Les personnes de l’ombre qui permettent au journal de voir le jour. Visite guidée.

22h45: réception des derniers articles

© Héloïse Maret

Les dernières pages d’«ArcInfo», souvent sportives en raison de l’actualité, sont le plus souvent transmises à Monthey à 22h15, heure du bouclage, et parfois à 22h45. L’imprimeur envoie les pages sur un CTP, pour «computer to plate», une machine qui crée les modèles servant à l’impression. Les pages sont alors gravées sur des plaques en aluminium qui ont été brûlées en surface pour capter l’encre. Il faut quatre plaques de couleur (cyan, magenta, jaune et noir) pour obtenir une page en couleur. C’est l’impression en quadrichromie.

23h15 préparation des rotatives

© Héloïse Maret

Dans les entrailles de l’édifice, deux rotatives (Wifag Evolution 471) et deux plieuses forment les deux lignes d’impression. «Ce sont les anciennes machines de la ‘NZZ’, des machines suisses», signale Thierry Dufrenne, le directeur technique du groupe ESH Médias. Les plaques sont alors accrochées sur la rotative, mais ne touchent pas le papier. «Elles impriment sur un blanchet, un cylindre entouré d’une couche de caoutchouc qui, lui, imprime sur le papier», précise Mario Espinosa, imprimeur au CIR.

23h30: l’impression

© Héloïse Maret

Quand la rotative fonctionne à plein régime, le papier défile à 45 km/h. «Nous pouvons imprimer jusqu’à 90’000 exemplaires à l’heure (ndlr: 45’000 par rotative)», reprend Thierry Dufrenne. Quelque 450 exemplaires sont produits avant que la machine ne soit définitivement lancée. Cinq bobines de deux tonnes (22 kilomètres de papier) sont en moyenne utilisées pour imprimer «Le Nouvelliste», un peu moins pour «ArcInfo».

Durant le tirage, les imprimeurs récupèrent des exemplaires et contrôlent le rendu. «Nous pouvons faire des corrections depuis le pupitre en direct. Mettre plus de noir ou de jaune, par exemple», explique Pascal Michellod, responsable production du centre.

0h45: expédition et livraison

© Héloïse Maret

Les journaux passent ensuite dans la grande salle voisine, consacrée à l’expédition. Ils sont emmenés via des rails aériens jusqu’aux machines de tri qui impriment les adresses et préparent les paquets destinés à La Poste ou aux porteurs. «Les journaux sont conditionnés par secteur postal afin de les acheminer au mieux vers leur zone de diffusion», résume Thierry Dufrenne.

Les camions partent de Monthey dès 0h45. Les camionnettes de livraison peuvent ainsi prendre la route au départ de l’entrepôt de Cortaillod à 3h pour que les premiers «ArcInfo» garnissent les boîtes aux lettres à partir de 4h30 du matin. Les porteurs livrent les derniers exemplaires pour 7h dans le Bas du canton et 7h30 dans le Haut. Et le cycle peut recommencer.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MédiasCe que nous pouvons faire contre les «fake news»Ce que nous pouvons faire contre les «fake news»

MédiasLe salut par la qualité et la proximitéLe salut par la qualité et la proximité

MédiasTravailler avec passion ne suffit pas, il faut savoir convaincreTravailler avec passion ne suffit pas, il faut savoir convaincre

MédiasEt si l’avenir s’imprimait sur papier?Et si l’avenir s’imprimait sur papier?

MédiasDe l’idée d’un sujet à l’impression, la gestation d’un articleDe l’idée d’un sujet à l’impression, la gestation d’un article

Top