14.11.2019, 19:30

Facile d’arrêter la viande, ou de réduire sa consommation? Ils témoignent

Premium
chargement
Sophie Rupp Gertsch, Christophe Grandet et Noé Jobin (de gauche à droite) ont changé leurs habitudes alimentaires.

Alimentation Manger moins de viande, voire plus du tout, c’est bon pour la planète. Mais pas sans conséquences sur la santé ou sur la vie sociale. Une flexitarienne, un végétarien et un végane témoignent.

Sophie Rupp Gertsch: «Moins de viande pour la santé de la planète»

Sophie Rupp Gertsch présente un burger de lentilles corail avec courgettes et gingembre, accompagné de salade, de chou rouge, d’avocat et de tomate. Photo: Richard Leuenberger.

  • Ce que j’y gagne

«Nous espérons que des mesures politiques écologiques phares soient prises. Ma décision ne change peut-être pas grand-chose. Mais j’ai au moins...

À lire aussi...

AlimentationMoins de viande dans l’assiette: un défi localMoins de viande dans l’assiette: un défi local

signaturesAlimentation: l'initiative contre l'élevage intensif en Suisse a été déposéeAlimentation: l'initiative contre l'élevage intensif en Suisse a été déposée

InitiativeAlimentation: «Souvent bon après», le nouveau label de date limite pour lutter contre le gaspillageAlimentation: «Souvent bon après», le nouveau label de date limite pour lutter contre le gaspillage

GaspillageAlimentation: près de 14% des aliments perdus entre la ferme et le supermarchéAlimentation: près de 14% des aliments perdus entre la ferme et le supermarché

Droits des animauxLe militant britannique Ed Winters défendra le véganisme à l’Université de NeuchâtelLe militant britannique Ed Winters défendra le véganisme à l’Université de Neuchâtel

Top