Opération marathon
 21.06.2019, 13:00

Opération marathon de New York: «Emergency»

chargement
La route administrative qui mène au marathon de New York est presque aussi longue que le marathon tout court.

Chronique Notre journaliste Raphaèle Tschoumy se prépare à courir le marathon de New York le 3 novembre. A presque 50 ans, elle n’a rien d’une sportive aguerrie et n’a pas couru depuis plusieurs dizaines d’années. Suivez le chemin qui l’emmènera à New York tous les deux samedis.

Un aspect non négligeable de votre future préparation au marathon de New York: l’inscription. Cela paraît futile, mais ça ne l’est pas. ArcInfo a choisi de travailler avec une agence de voyages zurichoise, spécialisée dans ce type d’événement. On vous vend un pack «avion-hôtel-dossard».

Ce qui est déroutant, c’est que chaque étape est considérée comme «urgente». La rapidité que l’on vous impose vous donnera accès au dossard. Mais tout peut très vite s’écrouler.

1. Le paiement: il fallait verser la moitié de la somme dans les six jours début mai.
2. On vous indique le 13 mai que votre inscription sur le site du marathon doit être enregistrée le 15 mai. Sinon, pas de dossard.
3. En urgence, on vous envoie un code, qui sera votre sésame. 

Et ensuite:

4. Tous les deux jours pendant trois semaines, vous recevez un e-mail qui vous demande de confirmer que vous êtes en possession du code magique. Chaque fois, vous avez vingt-quatre heures pour cocher la case: YES-JA-OUI. Sinon, pas de dossard.

5. Plus de deux mois après le premier paiement – et déjà une quinzaine d’ «Hello», «Bonjour», «Guten Tag» entre New York, ArcInfo et
Zurich -, je reçois enfin un lien internet qui va m’amener à mon compte marathonien. Après quoi, je pourrai glisser mon code. Et je serai inscrite.

Chic, ça marche. Il est même écrit «ACCEPTÉ» sur la page internet du marathon. Trop bien. Mais, ce n’est pas fini…

6. Ce jeudi, toujours en urgence, on me demande si je serai «pack» ou «poncho». Quoi? Comment? J’ai vingt-quatre heures pour répondre à cette question incompréhensible?

Après avoir retourné le site dans tous les sens (si vous êtes web manager, prenez contact avec l’organisation du marathon de New York, il y a du boulot!), j’ai découvert que l’option «pack» vous permettait de retrouver vos survêtements au bout de la course, contrairement à l’option «poncho» (vos survêtements sont redistribués à des œuvres de charité). J’ai opté pour le choix numéro 2.

On va peut-être encore me demander de répondre – en urgence évidemment – si je suis pomme ou banane au ravitaillement, tisane ou eau plate. Mais ce qui est sûr, c’est que si je préparais mon marathon avec le même sentiment d’urgence que l’agence qui m’encadre, je m’effondrerais au quinzième kilomètre… Et encore, je suis large…

Une rubrique menée en partenariat avec l’Atelier 71 à Neuchâtel.
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ChroniqueOpération marathon de New York: «Dans quel état suis-je?»Opération marathon de New York: «Dans quel état suis-je?»

ChroniqueOpération marathon de New York: «Premiers pas…»Opération marathon de New York: «Premiers pas…»

ChroniqueOpération marathon de New York: «Coup de frein»Opération marathon de New York: «Coup de frein»

ChroniqueOpération marathon de New York: «Le poids du temps»Opération marathon de New York: «Le poids du temps»

ChroniqueOpération marathon de New York: «Ces petites choses qui rapprochent de l’objectif»Opération marathon de New York: «Ces petites choses qui rapprochent de l’objectif»

Top