Points de vue
 20.05.2019, 12:02

Point de vue de Denis Müller: «L'Assistance vidéo à l'arbitrage exigera de meilleurs... arbitres»

chargement
Petit à petit, l'assistance vidéo à l'arbitrage s'impose dans les compétitions de football.

Football «Quelle compréhension de l’arbitrage va découler de l’introduction de cette nouvelle technologie?» écrit Denis Müller, théologien et éthicien, à propos de l’assistance vidéo, le VAR, dans le football. Comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer régulièrement sur des sujets d’actualité.

Le VAR (Video assisted referee) est en phase d’expérimentation intensive au plan national et international. Nous devrions bientôt avoir affaire à un football entièrement «varisé». Du point de vue éthique, le VAR pose quelques questions essentielles.

Qu’en sera-t-il de son extension à tous les degrés de la compétition?

Les ligues inférieures et les juniors ne seront sans doute pas mis au bénéfice du VAR, ce serait en effet trop lourd et trop coûteux. Or un junior ou un footballeur amateur ne subira-t-il pas une profonde modification du jeu et de la mentalité sportive à la suite de l’introduction du VAR au plus haut niveau?

Tous les pays auront-ils accès au VAR, et à quelle hauteur de moyens technologiques et économiques? Le VAR sera-t-il limité aux matchs télévisés?

Le VAR vit, de fait, de la comparaison permanente avec la retransmission télévisée des matchs. Cet objet est d’autant plus compliqué que tous les amateurs de football n’ont de loin pas le même accès à cette retransmission.

Tout le contraire de robots asservis à la technologie et à l’image.

Quelle compréhension de l’arbitrage va découler de l’introduction de cette nouvelle technologie? C’est le point le plus délicat et le plus central. Il y a un très grand écart entre la perception du public et la conception des initiateurs du VAR. Autant la perception du public semble donner la priorité à la technologie, autant la conception de la Fifa finit par reconnaître à l’arbitre la charge ultime de la décision: l’arbitre conserve le pouvoir du début à la fin du processus décisionnel. Il peut refuser de consulter le VAR et, une fois acceptée cette consultation, il demeure maître unique de l’interprétation des images.

Le VAR, comme son nom l’indique bien, assiste l’arbitre, mais ne le remplace pas. Si ce point crucial est compris et reconnu, le VAR sera un bienfait pour le football, car il exigera des arbitres encore meilleurs, tout le contraire de robots asservis à la technologie et à l’image.

Infos pratiques

Une table ronde intitulée «Putting Innovation on the Pitch: VAR and Video Technology in Sport», organisée par le Centre international d’Etudes du Sport (CIES) à Lausanne, se déroulera le mardi 28 mai dès 16 heures au SwissTech Convention Center à Lausanne. Entrée libre.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FOOTBALLPremiers tests pour la VARPremiers tests pour la VAR

Premiers tests pour la VAR

L’assistance vidéo prépare son arrivée en Super League la saison prochaine.

  08.04.2019 00:01

Super LeagueComment le foot suisse se prépare à la VARComment le foot suisse se prépare à la VAR

Parole d’experts«L’a-VAR-e ubuesque»: la chronique de Bernard Challandes«L’a-VAR-e ubuesque»: la chronique de Bernard Challandes

«L’a-VAR-e ubuesque»

Bernard Challandes est Neuchâtelois. C’est un entraîneur de renom qui est aujourd’hui à la tête de l’équipe nationale...

  14.03.2019 18:00
Premium
  Parole d'experts

VIDEOFootball: la VAR en Ligue des champions à partir de la saison 2019-2020Football: la VAR en Ligue des champions à partir de la saison 2019-2020

Top