Portraits

d'entreprises

  12.11.2019, 08:15
Sponsorisé
1/4  

*Au Carillon d’Or*

La restauration dans les règles de l’art horloger

intro
Précieuses par les souvenirs qu’elles évoquent et par la mécanique fine qui les fait tourner, les pendules sont des objets d’exception qui demandent un savoir-faire délicat pour les remettre en état. Thierry Amstutz et son fils Grégory prennent soin avec passion de ces merveilles de précision et d’esthétisme dans leur atelier *Au Carillon d’Or* à Auvernier.

Après un exil forcé à Cortaillod dû aux dégâts d’un incendie, les tic-tac réguliers et le tintement des pendules ont repris leur musique à Auvernier. Réinstallé dans son ancienne cave vigneronne, l’atelier de pendulerie *Au Carillon d’Or* restaure les garde-temps, des plus anciens aux plus modernes. «Le plus important est de se mettre dans l’esprit du créateur lorsque l’on répare un tel objet, explique Thierry Amstutz, fondateur de l’atelier en 1981. Il faut garder l’âme de la pendule, son authenticité.» Un métier de précision donc, qui demande non seulement de la patience, mais aussi un savoir extrêmement riche sur l’histoire de l’horlogerie, de l’évolution des styles aux innovations des mouvements.

«Je me suis mis à mon compte car je voulais retrouver ce qui fait pour moi l’essence de mon travail.»

Un souvenir démontre que Thierry Amstutz a toujours eu le sens du détail nécessaire à sa profession: «Tout petit, j’aimais déjà m’arrêter devant les bijouteries et admirer les cadrans arrêtés sur 10h10. Je trouvais cela précis et esthétique.» Plus qu’un métier, l’horlogerie est une passion, d’aussi loin que l’homme puisse s’en souvenir. Il n’a pas attendu longtemps avant de s’intéresser à ce que renfermait l’objet de sa fascination. Jeune homme, il commence déjà à démonter et réparer des horloges dans sa chambre. Naturellement, il entreprend des études d’horlogerie à la Chaux-de-Fonds. «Des maîtres-horlogers nous apprenaient non seulement à restaurer les anciennes pendules, mais aussi l’amour du métier.» Après avoir réussi son diplôme avec brio et avoir travaillé quelques mois en entreprise, il ouvre à 21 ans déjà son propre atelier de restauration. «C’était l’époque du quartz, mon poste ne me plaisait pas. Je me suis mis à mon compte car je voulais retrouver ce qui fait pour moi l’essence de mon travail.»

L’art de transmettre sa passion

Trente-huit ans plus tard, l’artisan n’a rien perdu de son amour pour son métier: «Bien sûr que c’est toujours aussi passionnant. Les gens nous apportent la pendule qui les a accompagnés toute leur vie. C''est un objet symbolique qu’ils ont eu pour leur mariage par exemple, ou qui leur vient d’un héritage. Elle fait partie de la vie de famille, ils nous font confiance pour en prendre soin.» Sa fascination est contagieuse dans son entourage. En 2005, alors qu’il termine premier de sa classe d’horlogers, Grégory rejoint son père dans l’entreprise familiale. Cindy, sa fille, œuvre comme doreuse-apprêteuse à Peseux, un métier artisanal qui complète à merveille celui des deux hommes. Enfin, David, le cadet, suit lui aussi le chemin de son père. 

A côté de son travail à l’atelier, Thierry Amstutz occupe aussi la place de technicien et démonstrateur des fameux automates des Jaquet-Droz du Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel. Enfin, il est possible de profiter de son savoir sur le monde si riche de l’horlogerie à travers ses romans parus aux Editions Slatkine, «La Pendule du souvenir» et «La Montre disparue». Dans son atelier ou en parcourant les pages de ses livres, l’artisan-écrivain à l’art de transmettre sa passion.


Grand’Rue 44
2012 Auvernier
T +41 32 731 74 62
Date de création: 1981
Statut de la société: Société individuelle
Direction: Thierry et Grégory Amstutz
Nombre de collaborateurs: 2
Site internet: www.aucarillondor.ch


Dirigeants

Thierry Amstutz
*Au Carillon d’Or*

Thierry Amstutz

Fondateur, dirigeant et associé

Connu comme expert dans la pendulerie, Thierry Amstutz est technicien et démonstrateur des célèbres automates des Jaquet-Droz exposés au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (MAH). Depuis le 24 mai 2014, il est le président de l’Association des écrivains neuchâtelois et jurassiens (AENJ). Ses romans: «La Pendule du souvenir» et «La Montre disparue», publiés aux Editions Slatkine, connaissent un beau succès.

Grégory Amstutz
*Au Carillon d’Or*

Grégory Amstutz

Dirigeant et associé

Après avoir obtenu le premier rang lors des examens finaux de son apprentissage d’horloger-rhabilleur au CIFOM, au Locle, Grégory Amstutz a tout naturellement rejoint l’entreprise familiale en décembre 2005. Expert aux examens de fin d’année au CIFOM, spécialisé dans le domaine de la restauration et féru d’horlogerie, il apporte sa passion et son savoir-faire à la clientèle.

Top